La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 169,41
    +3,69 (+0,06 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 978,84
    +1,01 (+0,03 %)
     
  • Dow Jones

    33 800,60
    +297,03 (+0,89 %)
     
  • EUR/USD

    1,1905
    -0,0016 (-0,13 %)
     
  • Gold future

    1 744,10
    -14,10 (-0,80 %)
     
  • BTC-EUR

    50 073,11
    -1 391,82 (-2,70 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 235,89
    +8,34 (+0,68 %)
     
  • Pétrole WTI

    59,34
    -0,26 (-0,44 %)
     
  • DAX

    15 234,16
    +31,48 (+0,21 %)
     
  • FTSE 100

    6 915,75
    -26,47 (-0,38 %)
     
  • Nasdaq

    13 900,19
    +70,88 (+0,51 %)
     
  • S&P 500

    4 128,80
    +31,63 (+0,77 %)
     
  • Nikkei 225

    29 768,06
    +59,08 (+0,20 %)
     
  • HANG SENG

    28 698,80
    -309,27 (-1,07 %)
     
  • GBP/USD

    1,3706
    -0,0029 (-0,21 %)
     

Eramet: l'étrange croisade de la famille Duval contre la PDG Christel Bories

·2 min de lecture

ENQUÊTE - La famille Duval, premier actionnaire d'Eramet, veut éjecter la PDG Christel Bories. L'Etat, deuxième actionnaire, s'y refuse. Après des semaines de guerre en coulisses, un accord pourrait être trouvé d'ici mardi. Gros plan sur une guerre de gouvernance inédite.

Christel Bories va-t-elle sauver son poste à la tête d'Eramet? Un mois après le début des hostilités entre les deux actionnaires principaux du groupe, la famille Duval (37% des parts) et l'Etat (25%), le dossier entre dans une phase décisive, le "money time", dans le jargon de la NBA. En amont d'un conseil d'administration prévu mardi 30 mars, les rencontres se sont multipliées ces derniers jours pour trouver un terrain d'entente entre les Duval, qui souhaitent le départ de la PDG Christel Bories, et l'Etat, qui ne veut pas en entendre parler. L'affaire est remontée jusqu'au ministre de l'économie Bruno Le Maire, qui a reçu la famille Duval mercredi, et la patronne du groupe jeudi. Les discussions devraient se poursuivre ce week-end, avec l'objectif de trouver un accord entre les Duval et l'Etat, liés par un pacte d'actionnaires depuis 2019, et de le proposer au conseil d'administration de mardi. Selon le scénario le plus probable, Christel Bories verrait son mandat renouvelé, et la gouvernance du groupe serait largement remaniée.

Résumé des épisodes précédents. La famille Duval, comme l'a révélé l'Agefi début mars, a demandé à l'Etat la tête de la dirigeante dans une lettre adressée à l'APE, arguant d'une dette en forte augmentation et de fonds propres en chute libre. . Dans une réponse écrite, l'APE a indiqué qu'il était hors de question de fragiliser un groupe en pleine restructuration. Dire que l'Etat a peu apprécié la lettre des Duval relève de l'euphémisme. Bercy y a vu un coup de canif dans le pacte d'actionnaires, alors même que les deux camps discutent régulièrement de façon informelle.

Certains, au sein de l'Etat, ont même vu dans la fuite une campagne de presse menée par les Duval contre la PDG. Ceux-ci démentent formellement toute campagne d'influence, assurant ne pas être à l'origine de la fuite, et nient toute offensive personnelle contre Christel Bories. "La famille Duval soutient la ligne stratégique défendue par le management, assurait même début m[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi