La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 762,34
    +85,47 (+1,51 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 318,20
    +39,16 (+1,19 %)
     
  • Dow Jones

    29 102,46
    -123,15 (-0,42 %)
     
  • EUR/USD

    0,9783
    -0,0037 (-0,37 %)
     
  • Gold future

    1 674,40
    +5,80 (+0,35 %)
     
  • BTC-EUR

    20 218,69
    +460,06 (+2,33 %)
     
  • CMC Crypto 200

    450,47
    +7,04 (+1,59 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,26
    -0,97 (-1,19 %)
     
  • DAX

    12 114,36
    +138,81 (+1,16 %)
     
  • FTSE 100

    6 893,81
    +12,22 (+0,18 %)
     
  • Nasdaq

    10 763,85
    +26,34 (+0,25 %)
     
  • S&P 500

    3 637,87
    -2,60 (-0,07 %)
     
  • Nikkei 225

    25 937,21
    -484,84 (-1,83 %)
     
  • HANG SENG

    17 222,83
    +56,96 (+0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,1118
    -0,0006 (-0,05 %)
     

Epinglé dans un rapport, l'étau se resserre autour de McKinsey

·2 min de lecture

Le nom du géant américain McKinsey & Company revient sans cesse dans un rapport du 17 mars dénonçant le recours croissant de l'Etat aux cabinets de conseil privés.

Une sénatrice communiste part à l'assaut de La Firme. Dans un rapport publié le 17 mars, Eliane Assassi, élue de Seine-Saint-Denis depuis 2004, dénonce. Au terme d'une enquête fouillée, la sexagénaire a évalué l'ensemble des contrats à plus de 1 milliard d'euros en 2021, dont 247 millions pour le conseil en stratégie stricto sensu, hors informatique. Un nom revient sans cesse au fil des pages: celui du , qui emploie 600 salariés en France. Le cabinet a perçu 11,6 millions pour des prestations liées à la campagne vaccinale (organisation de la logistique, outils de suivi, liaison entre le ministère et Santé publique France…). A tel point qu'Eliane Assassi pointe "une forme de dépendance qui s'est progressivement installée au détriment de l'Etat". Le tout dans une certaine opacité puisque les documents livrés par McKinsey sont siglés du ministère de la Santé.

"Optimisation fiscale"

Un ponte du cabinet a particulièrement agacé la sénatrice: Karim Tadjeddine, directeur associé chargé du secteur public, bien connu de l'Elysée. Cet ingénieur des Ponts et Chaussées, passé par Bercy, a travaillé au côté d'Emmanuel Macron lors de la Commission Attali sur la croissance et participé à sa campagne en 2017. Auditionné en janvier, il avait passé un sale quart d'heure, assailli de questions sur son engagement politique, sur un juteux contrat (496.800 euros) pour "évaluer les évolutions du métier d'enseignant", et sur les finances du cabinet, dont la maison mère est domiciliée dans l'Etat américain du Delaware, un paradis fiscal. "Je le dis très nettement: nous payons l'impôt sur les sociétés en France et l'ensemble des salaires sont dans une société de droit français, qui paie ses impôts en France", .

Mais Eliane Assassi ne s'en est pas laissée conter et a mené des "contrôles sur pièces et sur place" à Bercy pour vérifier ses dires. Résultat: le cabinet est bien assujetti à l'impôt sur les sociétés… mais il a payé 0 euro en dix ans, pour un chiffre d'affaires de 329 millions d'euro[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi