La bourse est fermée
  • Dow Jones

    32 223,42
    +26,76 (+0,08 %)
     
  • Nasdaq

    11 662,79
    -142,21 (-1,20 %)
     
  • Nikkei 225

    26 547,05
    +119,40 (+0,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0433
    +0,0016 (+0,16 %)
     
  • HANG SENG

    19 950,21
    +51,44 (+0,26 %)
     
  • BTC-EUR

    28 761,88
    -1 198,28 (-4,00 %)
     
  • CMC Crypto 200

    667,04
    +424,36 (+174,87 %)
     
  • S&P 500

    4 008,01
    -15,88 (-0,39 %)
     

Epargne : Mon Livret C veut rendre la crypto accessible au grand public

Nouveau produit d'épargne
Nouveau produit d'épargne

Les cryptomonnaies intriguent. D'après une étude réalisée par KPMG pour le compte de l'Association pour le développement des actifs numériques (Adan), 8% des Français ont déjà investi dans les cryptomonnaies, et 30% envisagent de se lancer à court terme.

Mais dans le même temps, les cryptomonnaies effraient. Selon le baromètre « Crypto Pulse », réalisé par la plateforme Bitstamp, près de 6 Français sur 10 les considèrent comme un investissement « peu fiable », souvent par manque de connaissance. Et si beaucoup d'acteurs proposent aux particuliers d'investir dans les crypto-actifs, rares sont ceux qui s'engagent à en assurer la gestion pour eux.

C'est de ce constat qu'est né Mon Livret C, une startup française créée début 2021 par Mathieu Charret et Roméo Poncet-Labouche, tous deux fraîchement diplômés de l'emlyon business school. Son objectif : proposer un produit d'épargne basé sur les crypto-actifs, et accessible au plus grand nombre, sans aucune connaissance technique.

Lire la suite sur MoneyVox

Voir également
- Crédit immobilier : qui peut encore emprunter sans apport personnel ?
- DPE : ces départements qui regorgent de passoires thermiques
- Assurance vie : une performance inédite depuis 11 ans

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles