La bourse est fermée
  • Dow Jones

    29 490,89
    +765,38 (+2,66 %)
     
  • Nasdaq

    10 815,43
    +239,82 (+2,27 %)
     
  • Nikkei 225

    26 215,79
    +278,58 (+1,07 %)
     
  • EUR/USD

    0,9826
    +0,0025 (+0,26 %)
     
  • HANG SENG

    17 079,51
    -143,32 (-0,83 %)
     
  • BTC-EUR

    19 925,48
    +181,71 (+0,92 %)
     
  • CMC Crypto 200

    444,05
    +8,70 (+2,00 %)
     
  • S&P 500

    3 678,43
    +92,81 (+2,59 %)
     

Epargne : les investisseurs de mauvaise humeur placent davantage leur argent dans des fonds verts

investissement durable
investissement durable

C'est une récente étude surprenante que vient de relayer l'école de comerce Audencia. L'un de ses professeurs, Alexandre Garel, a coécrit cet été un article dans la revue Economics Letters sur l'impact de l'humeur dans les décisions d'investissement dans des fonds écoresponsables ou durables. Ils ont testé deux théories.

La première repose sur l'idée que les placements durables et écoresponsables sont considérés comme moins risqués. « Il a été montré que les actifs considérés comme entièrement ou principalement durables surpassent les actifs moins durables en cas de crise, car les investisseurs les considèrent comme plus fiables et présentant moins de risques structurels, juridiques et de réputation. Cette théorie repose également sur l'idée qu'une humeur morose entraîne un comportement plus averse au risque. Ainsi, lorsqu'une personne est triste, déprimée ou en colère, elle aurait tendance à être plus prudente dans ses décisions d'investissement et à choisir des investissements à moindre risque », explique l'étude.

La deuxième théorie est la suivante : une humeur plus positive « favorise les comportements pro-sociaux et un plus grand altruisme ». Les investisseurs plus heureux pourraient ainsi favoriser les investissements durables parce qu'ils profitent aux autres.

Lire la suite sur MoneyVox

Voir également
- Assurance vie : quel montant maximum puis-je déposer sur mon contrat ?
- Prêt immobilier : le timide retour du crédit à taux variable
- La réponse très cash de la Banque de France au Crédit Agricole Val de France