Marchés français ouverture 5 h 48 min
  • Dow Jones

    31 402,01
    -559,85 (-1,75 %)
     
  • Nasdaq

    13 119,43
    -478,54 (-3,52 %)
     
  • Nikkei 225

    29 415,06
    -753,21 (-2,50 %)
     
  • EUR/USD

    1,2171
    -0,0015 (-0,12 %)
     
  • HANG SENG

    29 391,21
    -682,96 (-2,27 %)
     
  • BTC-EUR

    38 438,67
    -3 515,31 (-8,38 %)
     
  • CMC Crypto 200

    932,76
    -61,90 (-6,22 %)
     
  • S&P 500

    3 829,34
    -96,09 (-2,45 %)
     

Environnement : "Notre catamaran de collecte et de traitement des déchets ira dès 2024 dépolluer les océans", annonce le navigateur Yvan Bourgnon

franceinfo
·1 min de lecture

Le navigateur et président de l'association The SeaCleaners Yvan Bourgnon a annoncé mardi 26 janvier sur franceinfo qu'un catamaran géant "autonome à 75% au niveau énergetique ira dépolluer les océans dès 2024" et a appelé à aller au-delà "de sensibilisation, pas suffisante pour pouvoir éradiquer le problème" de la pollution des mers.

franceinfo : Dans quelle mesure votre navire est-il censé nettoyer les océans ?

Yvan Bourgnon : Le concept existe déjà depuis 2016, mais on est heureux d'annoncer aujourd'hui qu'on arrive au bout des 20 000 heures d'études, et qu'on est sûr de pouvoir réaliser ce catamaran géant qui ira dès 2024 dépolluer les océans. On avait des certitudes techniques et aujourd'hui, plus les années avancent, plus on arrive à conforter le projet. Et ce qui est formidable depuis deux ans, c'est qu'on a réussi non seulement à fabriquer un bateau qui est autonome au niveau énergétique à 75%, mais surtout, il arrive à traiter les déchets. On a une vraie usine embarquée à l'intérieur du bateau et ça, c'est vraiment la nouveauté, avant d'annoncer effectivement la fabrication de ce bateau qui va démarrer en 2022. Ce navire, c'est un géant des mers. Son moyen de propulsion est la voile principalement, c'est ce qui rend le projet assez vertueux. Le bateau mesure 56 mètres de long, a une capacité de collecte de 46 mètres de large, avec notamment l'aide de tapis (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi