La bourse est fermée
  • CAC 40

    4 909,64
    +58,26 (+1,20 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 198,86
    +27,45 (+0,87 %)
     
  • Dow Jones

    28 335,57
    -28,09 (-0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,1868
    +0,0042 (+0,36 %)
     
  • Gold future

    1 903,40
    -1,20 (-0,06 %)
     
  • BTC-EUR

    10 969,60
    -252,43 (-2,25 %)
     
  • CMC Crypto 200

    260,05
    -1,40 (-0,54 %)
     
  • Pétrole WTI

    39,78
    -0,86 (-2,12 %)
     
  • DAX

    12 645,75
    +102,69 (+0,82 %)
     
  • FTSE 100

    5 860,28
    +74,63 (+1,29 %)
     
  • Nasdaq

    11 548,28
    +42,28 (+0,37 %)
     
  • S&P 500

    3 465,39
    +11,90 (+0,34 %)
     
  • Nikkei 225

    23 516,59
    +42,32 (+0,18 %)
     
  • HANG SENG

    24 918,78
    +132,65 (+0,54 %)
     
  • GBP/USD

    1,3038
    -0,0042 (-0,32 %)
     

Entretien avec Pierre Lefèvre, pionnier de la voiture autonome

Daniel Ichbiah, Écrivain
·2 min de lecture

En 2004, Pierre Lefèvre crée Induct, une start-up dédiée aux véhicules autonomes. Dès l’année suivante, un modèle spécialement adapté participe à la 1re course du genre, le Darpa Challenge (2005). Il réitère la compétition en 2007 avec une Renault Scenic adaptée pour l’occasion. Induct sort son premier véhicule autonome en 2011, le Navya. Une fois Induct revendu, Pierre Lefevre participe à diverses expériences de navette autonome à Greenwich en Angleterre. En 2017, il crée une nouvelle société dédiée aux solutions collectives de mobilité autonomes locales, CoastAutonomous en Floride. La start-up produit des shuttles, des golfettes et divers véhicules utilitaires robotisés…

La navette Coast P1-Shuttle est conçue pour évoluer en pleine autonomie dans des rues passantes comme ici à New York. © Induct
La navette Coast P1-Shuttle est conçue pour évoluer en pleine autonomie dans des rues passantes comme ici à New York. © Induct

Comment vous est venue la vocation pour les automobiles connectés ?

Vers le milieu années 90, je me déplaçais dans Paris, et j’ai réalisé que je roulais en moyenne à 10 km/h. Ma prise de conscience a été que, depuis les années 70, les villes avaient été conçues pour les voitures et non pas pour les citadins. À cette époque, nous avions des réflexions avec Citroën sur le futur de l’automobile.

J’ai cherché des moyens de réduire l’impact de l’automobile dans les centre-villes. C’est ce qui m’a amené vers la voiture autonome. En réalité, ma quête depuis le début est la même : comment peut-on rendre la ville à ses habitants, et non pas aux voitures.

Récemment, l’un des trois grands constructeurs automobiles américains a eu cette déclaration : « Le seul moyen pour que les véhicules autonomes fonctionnent à Manhattan, va être de placer les New Yorkais derrière des grilles afin d’éviter qu’ils ne traversent les rues ».

C’est exactement l’opposé de ce que je veux accomplir. Ce qui m’intéresse, c’est comment faire pour que les mômes puissent jouer au ballon dans la rue, tandis que l’on transporte les gens.

À quel moment la voiture autonome deviendra un véhicule comme les autres dans...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura