Marchés français ouverture 3 h 42 min
  • Dow Jones

    34 751,32
    -63,07 (-0,18 %)
     
  • Nasdaq

    15 181,92
    +20,39 (+0,13 %)
     
  • Nikkei 225

    30 485,11
    +161,77 (+0,53 %)
     
  • EUR/USD

    1,1773
    +0,0001 (+0,01 %)
     
  • HANG SENG

    24 744,38
    +76,53 (+0,31 %)
     
  • BTC-EUR

    40 650,35
    -212,43 (-0,52 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 223,43
    -9,86 (-0,80 %)
     
  • S&P 500

    4 473,75
    -6,95 (-0,16 %)
     

Entretien d’embauche : ces 5 erreurs à éviter à tout prix

·4 min de lecture
Entretien d’embauche : ces 5 erreurs à éviter à tout prix

Votre CV et lettre de motivation ont convaincu un recruteur de vous rencontrer ? Il ne reste plus que l’entretien à réussir pour décrocher le job. Mais certaines erreurs peuvent coûter cher.

Après des dizaines et dizaines de candidatures envoyées, vous avez enfin déniché un entretien pour un travail. Le job de vos rêves est à portée de main à condition de réussir le très redouté entretien d’embauche. Pour mettre toutes les chances de son côté et éviter de se saborder, quelques écueils sont à éviter. En voici cinq.

1 - Arriver en retard

Une panne de réveil, un problème dans les transports en commun, la voiture qui fait des siennes… Même en étant le plus prévoyant possible, personne n’est à l’abri d’arriver quelques minutes en retard à un entretien d'embauche. Si une telle mésaventure vous arrive, pas de panique : tout n’est pas encore perdu. En prévenant le recruteur d’un retard de quelques minutes et en s’excusant, celui-ci ne devrait pas vous en tenir rigueur. Attention toutefois à bien préciser l’heure à laquelle vous arriverez pour ne pas faire attendre les RH. Et surtout, n’abandonnez pas la partie en dépit ce contre-temps. Dans le pire des cas, votre entretien sera reporté plus tard dans la journée ou dans la semaine.

À l’inverse, évitez d’arriver trop en avance au risque de gêner le recruteur qui sera obligé de vous faire patienter trop longtemps. L’idéal est de se présenter cinq minutes avant l’horaire fixé.

2 - Ne pas bien connaître l’entreprise

Bien se renseigner sur l’entreprise visée est le minimum avant un entretien. N’hésitez surtout pas à consulter le site web de la société pour connaître son organigramme, ses activités, ses concurrents et son actualité. Elle vient d’obtenir un prix ? Trouvez un moment pour placer cette information dans la conversation. 

>> Inscrivez-vous à notre newsletter "Yahoo Pour Vous" pour recevoir toutes les infos utiles pour votre quotidien

Si vous connaissez par avance le nom de la personne qui vous reçoit, connaître son parcours ne peut pas faire de mal. Si vous venez de la même ville et/ou avez fréquenté les mêmes établissements, vous pourrez l'évoquer pendant l'échange. Plus vous partagerez de points communs avec votre interlocuteur, plus vos chances d’être recruté seront grandes.

3 - Ne pas réussir à se vendre

Réussir un entretien, c’est tout un art. Il faut en même temps résumer ses compétences et ses expériences sans donner l’impression d'avoir tout fait. Se vanter d’être le meilleur candidat possible ? Méfiance, le recruteur pensera que vous avez un égo surdimensionné et que vous compensez un manque de confiance en vous. Au lieu d’affirmer "Je suis le meilleur", le mieux est encore de le démontrer pendant l’entretien. À vous de trouver le bon équilibre pour paraître ni arrogant, ni inhibé. 

4 - Critiquer son ancien employeur

"Pourquoi avez-vous quitté votre ancien poste ?" Cette question, attendez-vous à devoir y répondre à un moment ou à un autre pendant l'entretien. Si jamais vous gardez un goût amer de votre précédente expérience, évitez d’en parler et restez le plus positif possible. En critiquant votre ancienne entreprise, vous vous dévalorisez dans le même temps. Inutile aussi de rejeter la faute sur votre ancien patron ou vos ex-collègues au risque de passer pour une personne qui rejette la faute sur les autres. En agissant de la sorte, vous donnez au recruteur l'occasion d'avoir des doutes sur votre capacité à travailler en équipe.

5 - Ne pas poser de questions à la fin de l’entretien

L’entretien touche à la fin, vous avez bien répondu à toutes les interrogations de votre interlocuteur. Puis vient le moment où le recruteur demande si vous avez des questions. Et là, patatras, rien ne vous vient en tête. Pourtant, c’est un moment essentiel de l’échange trop souvent sous-estimé par les candidats. Ne rien dire pourrait faire penser au recruteur que vous êtes désintéressé par le poste. Mais attention poser des questions inappropriées ou complètement hors-sujet peut aussi vous desservir. 

À LIRE AUSSI >> "J’ai hâte de voir en vrai les gens avec qui je bosse" : ils racontent leur nouveau travail pendant le confinement

À LIRE AUSSI >> Covid-19 : 98% des Français conquis par le télétravail, mais pas à temps plein

Pour faire bonne impression, veillez à préparer des questions qui vous projette au poste visé. "Quelles seront mes priorités une fois en poste ?" "Pouvez-vous m’en dire plus sur mes futurs collègues ?" Avec ces questions, le recruteur notera votre vif intérêt pour le poste. À vous de jouer maintenant. 

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles