La bourse est fermée
  • Dow Jones

    33 914,97
    -11,04 (-0,03 %)
     
  • Nasdaq

    11 915,32
    -91,63 (-0,76 %)
     
  • Nikkei 225

    27 693,65
    +184,19 (+0,67 %)
     
  • EUR/USD

    1,0732
    -0,0065 (-0,60 %)
     
  • HANG SENG

    21 222,16
    -438,31 (-2,02 %)
     
  • BTC-EUR

    21 455,18
    -24,99 (-0,12 %)
     
  • CMC Crypto 200

    528,99
    +3,86 (+0,73 %)
     
  • S&P 500

    4 114,85
    -21,63 (-0,52 %)
     

Entreprises: Comment sortir du greenwashing, pour une vraie transition environnementale?

Bruno Levy / Challenges

Comment mettre en oeuvre une transition environnementale profonde, sans greenwashing, pour les entreprises ? L’activiste Camille Etienne, et les directrices développement durable de Carrefour et LVMH, Carine Kraus et Hélène Valade étaient réunies pour tenter de répondre à cette question, à l'occasion du 9e sommet de l’Economie de Challenges: Bifurcation(s), ce jeudi 1er décembre.

Les entreprises sont-elles (enfin) sur le chemin de la transition environnementale, ou font-elles encore trop de greenwashing? C’est pour débattre de cette question qu’étaient réunies Camille Etienne, activiste climat, Carine Kraus, directrice environnement et membre du Comex du groupe Carrefour, et Hélène Valade, directrice développement durable de LVMH (actionnaire minoritaire de Challenges), lors d’une table ronde animée par Ghislaine Ottenheimer, à l’occasion du 9e sommet de l'Économie de Challenges ce jeudi 1er décembre.

"Le greenwashing est une stratégie de pensée -on ne fait pas de greenwashing par hasard-, pour retarder l’action climatique qui nécessiterait de transformer profondément son système de production", a d’abord commencé par définir Camille Etienne. Selon elle, les entreprises peuvent ainsi mener deux types de greenwashing: celui qui consiste à "détourner le regard de l’éléphant au milieu de la pièce", en promouvant des solutions qui ne pourront pas passer à l’échelle, ou qui ne suffiront pas à limiter le réchauffement climatique. Par exemple? La promesse d’un avion vert, "alors qu’il sera impossible de faire voler des millions de personnes comme aujourd’hui en avion vert, dans le temps de l’urgence climatique", a illustré l’activiste. Deuxième type de greenwashing: celui qui consiste à communiquer sur des promesse qui ne concernent qu’une partie de l’activité de l’entreprise, par exemple, comme quand TotalEnergies communique sur ses investissement pour les énergies renouvelables, tout en continuant d’investir dans de nouveaux projets fossiles, et plusieurs "bombes climatiques."

Lire aussiGreenwashing : l’étau se resserre pour les entreprises fallacieuses

Volonté du dirigeant et mise en oeuvre concrète des promesses

Alors comment, du côté des entreprises, mettre en oeuvre des engagements concrets? D’abord par la volonté du dirigeant, se sont accordées à dire Carine Kraus et Hélène Valade. "Le job de directrice de l’environnement est compliqué, et[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi