Marchés français ouverture 2 h 11 min
  • Dow Jones

    34 160,78
    -7,31 (-0,02 %)
     
  • Nasdaq

    13 352,78
    -189,34 (-1,40 %)
     
  • Nikkei 225

    26 757,22
    +586,92 (+2,24 %)
     
  • EUR/USD

    1,1157
    +0,0010 (+0,09 %)
     
  • HANG SENG

    23 665,98
    -141,02 (-0,59 %)
     
  • BTC-EUR

    33 457,38
    +958,15 (+2,95 %)
     
  • CMC Crypto 200

    846,22
    +26,72 (+3,26 %)
     
  • S&P 500

    4 326,51
    -23,42 (-0,54 %)
     

Les entreprises françaises ont repris goût à la Bourse

·2 min de lecture

En hausse de 29%, le marché parisien a suscité des vocations en 2021, même si la majorité des sociétés sont en repli depuis leur introduction.

Une année record. La Bourse de Paris a enregistré 64 introductions en 2021, du jamais-vu depuis près de quinze ans. Il faut dire que malgré la crise sanitaire, : 28,9% de hausse pour le CAC 40, son meilleur cru depuis 1999. De quoi susciter des vocations. Parmi les nouveaux venus sur la place parisienne, il y a eu quelques poids lourds comme l, le spécialiste du streaming Believe et le . Mais aussi de plus petites entreprises de secteurs porteurs, comme la santé, la tech ou l'hydrogène, avec les arrivées en fanfare de Hydrogen Refueling Solutions (HRS) et de Hydrogène de France (HDF). Et enfin quelques Spac, ces véhicules sans activité opérationnelle qui lèvent des capitaux en Bourse dans le seul but de financer des acquisitions futures: celui d'Accor a ainsi réuni 300 millions d'euros pour investir dans des entreprises de restauration, de flex office et de divertissement, et Transition, , a levé 215 millions.

Des performances un peu décevantes

Côté prouesses boursières, en revanche, le résultat est plus mitigé, allant d'une hausse de 147% pour Les Agences de Papa (néoagence immobilière low cost) à une baisse de 72% pour le groupe Casol, une entreprise toulousaine d'éco-rénovation. Déception aussi pour les "stars" Aramis Auto (-38,1%) ou l'e-commerçant Spartoo (-39,5%). La majorité des sociétés sont en baisse depuis leur introduction. "Les investisseurs sont très exigeants, analyse Franklin Pichard, directeur général de Kiplink Finance. Si l'entreprise délivre moins qu'annoncé dans le business plan, le retour de manivelle peut être violent." Cela découragera-t-il les prétendants à l'introduction en Bourse cette année?

Retrouvez cet article sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles