La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 600,66
    +54,17 (+0,83 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 126,70
    +30,63 (+0,75 %)
     
  • Dow Jones

    34 479,60
    +13,36 (+0,04 %)
     
  • EUR/USD

    1,2107
    -0,0071 (-0,58 %)
     
  • Gold future

    1 879,50
    -16,90 (-0,89 %)
     
  • BTC-EUR

    30 631,80
    +1 127,57 (+3,82 %)
     
  • CMC Crypto 200

    924,19
    -17,62 (-1,87 %)
     
  • Pétrole WTI

    70,78
    +0,49 (+0,70 %)
     
  • DAX

    15 693,27
    +122,05 (+0,78 %)
     
  • FTSE 100

    7 134,06
    +45,88 (+0,65 %)
     
  • Nasdaq

    14 069,42
    +49,09 (+0,35 %)
     
  • S&P 500

    4 247,44
    +8,26 (+0,19 %)
     
  • Nikkei 225

    28 948,73
    -9,83 (-0,03 %)
     
  • HANG SENG

    28 842,13
    +103,25 (+0,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,4117
    -0,0060 (-0,42 %)
     

Les entreprises cajolent leur trésorerie

·2 min de lecture

La trésorerie des entreprises en France a augmenté plus vite au premier trimestre 2021 que leur dette brute, a rapporté mardi la Banque de France, une situation qui risque toutefois de ne pas durer en période de reprise économique.

La trésorerie des entreprises en France a augmenté plus vite au premier trimestre 2021 que leur dette brute, a rapporté mardi la Banque de France, une situation qui risque toutefois de ne pas durer en période de reprise économique.

La trésorerie a augmenté de 11 milliards d'euros et la dette brute de seulement 5 millions, si bien que la dette nette, c'est à dire la différence entre les deux, a diminué de 6 milliards d'euros sur la période.

La dette nette des entreprises est en outre restée "quasi stable" entre le premier trimestre 2020, qui a marqué le début de la crise économique liée à l'épidémie de Covid-19, et le premier trimestre 2021, avec une progression limitée à 9 milliards d'euros sur un encours de près de 1.000 milliards, précise la banque centrale dans une note.

"Cette évolution agrégée masque des évolutions par secteur d'activité et par taille plus contrastées", ajoute la Banque de France sans fournir de détails.

Selon des chiffres encore provisoires, l'encours de dette brute des entreprises s'élevait fin avril à 1.892,9 milliards d'euros, dont 1.208,2 milliards de crédits bancaires et 684,7 milliards d'obligations.

La trésorerie des entreprises atteignait à la même date 896,9 milliards d'euros.

De nombreuses entreprises qui ont contracté des prêts garantis par l'Etat (PGE), mis en place dès mars 2020 et distribués à ce jour pour un montant total de plus de 137 milliards d'euros, s'en sont servi pour constituer une épargne de précaution.

Durant la reprise économique, les analystes s'attendent à ce que les entreprises consomment une partie de ce matelas de sécurité.

"On va avoir un mouvement concomitant de diminution de la trésorerie et de remboursement de prêts bancaires", prédit notamment François Mouriaux, directeur des statistiques monétaires et financières de la Banque de France.

Les entreprises qui vont redémarrer rapidement "reconstituent les stocks, les portefeuilles de créances clients, il y a donc une augmentation de leurs besoins en fonds de r[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi