La bourse ferme dans 6 h 18 min

Cette entreprise est pionnière de la cosmétique sur mesure

Challenges - Comment êtes-vous tombée dans l’entrepreneuriat?

Amandine Azencott - Mon frère et moi sommes nés dans une famille de pharmaciens et de médecins. En 2006, après nos écoles de commerce, nous avons créé une société aux Etats-Unis pour aider les médecins à créer leur marque de cosmétiques. Nous nous sommes alors rendu compte que le consommateur était perdu face à l’offre tentaculaire et voulait plus de transparence.

Quelle était votre vision?

Remettre au goût du jour l’essence de la cosmétique: la consultation, la prescription et la formulation à la demande en officine. Nous étions pionniers de la cosmétique sur mesure. Le marché n’existait pas. Un vrai parcours du combattant! Après trois ans de R&D, nous n’avons pas réussi à lever des fonds. C’était la crise de 2008.

 

 

Comment vous en êtes-vous sortis?

Par chance, nous avons rencontré un façonnier qui a cru en nous et nous a mis à disposition une partie de son laboratoire, à Nice. Nous l’avons ensuite racheté. C’est devenu une force: nous détenons toute notre chaîne de valeur. Nous fabriquons nous-mêmes nos produits, à base de 85% d’ingrédients naturels. 

Quel est votre positionnement?

Codage est une maison de cosmétiques contemporaine avec une approche de nutrition de la peau. Notre cœur de métier, c’est le sérum. Nous avons une offre de "haute couture", MyCodage, avec une formule unique selon vos besoins, votre mode de vie, et du "prêt-à porter" sur étagère. Nous sommes sélectifs, sans être du luxe. Nos produits coûtent 80 euros en moyenne.

Qui sont vos clients?

Ce sont des professionnels aux trois quarts: des médecins, des esthéticiennes au sein d’instituts sélectifs et 80 spas d’hôtels 5-étoiles comme les Four Seasons, MGallery, Barrière ou Park Hyatt, des cliniques comme celle des Champs-Elysées et, à présent, nous ciblons 300 pharmacies conseils.

Que représente l’international?

Il pèse 60% du chiffre d’affaires, de 10 millions d’euros au total. Mais depuis l’ouve[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi