La bourse ferme dans 57 min
  • CAC 40

    6 302,16
    +15,09 (+0,24 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 026,84
    -6,15 (-0,15 %)
     
  • Dow Jones

    34 093,42
    -107,25 (-0,31 %)
     
  • EUR/USD

    1,2034
    +0,0053 (+0,45 %)
     
  • Gold future

    1 773,10
    -7,10 (-0,40 %)
     
  • BTC-EUR

    46 540,60
    +349,18 (+0,76 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 262,37
    -36,58 (-2,82 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,33
    +0,20 (+0,32 %)
     
  • DAX

    15 415,06
    -44,69 (-0,29 %)
     
  • FTSE 100

    7 000,26
    -19,27 (-0,27 %)
     
  • Nasdaq

    13 950,93
    -101,42 (-0,72 %)
     
  • S&P 500

    4 172,00
    -13,47 (-0,32 %)
     
  • Nikkei 225

    29 685,37
    +2,00 (+0,01 %)
     
  • HANG SENG

    29 106,15
    +136,44 (+0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,3970
    +0,0131 (+0,94 %)
     

Entreprendre dans le bio, un pari payant et porteur de sens

·1 min de lecture

Fabulabox, une marque de jouets en bioplastique biodégradables, a réalisé l’an dernier 150.000 euros de chiffre d’affaires. Une belle performance pour cette TPE de cinq personnes lancée il y a tout juste deux ans. Telle est la magie du bio. «Les produits bio sont des articles refuges qui séduisent un public toujours plus large, plus jeune et plus diversifié», souligne Valérie Lemant, directrice de Natexpo, le salon international de la filière bio. Aujourd’hui, le bio a la cote dans l’alimentaire, les cosmétiques et le textile. Demain, ce sera aussi dans la papeterie, les meubles, le tourisme, les jouets… Tout est envisageable, car «tous les secteurs vont devoir effectuer leur transition écologique». C’est donc le moment de se lancer et d’imaginer le business de ses rêves. Sans tabou.

Tout commence en 2015 par un projet d’étudiantes. Dans le cadre de leurs cours d’entrepreneuriat à l’ESCP, Clémentine Girard et Mathilde Silvestre de Sacy planchent sur une idée de dessous féminins «esthétiques et éthiques». S’il existe, à l’époque, des tee-shirts bio, on ne trouve aucune lingerie à base de coton bio et de teintures naturelles. Quelques mois plus tard, les deux jeunes femmes présentent donc Olly sur la plateforme de financement participatif Ulule et réunissent 14.000 euros pour produire leurs premiers modèles sans substances toxiques. Pour la fabrication en série, «le plus compliqué a été de trouver un atelier situé en Europe», explique Mathilde Silvestre de Sacy. Elles finissent par (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Airbus, Thales... les entreprises préférées de l'aéronautique et des secteurs ferroviaire et naval
Télétravail : peut-on réaliser tout type d'entretien et de réunion à distance ?
Pourra-t-on reprendre nos anciennes habitudes de travail après la crise ?
Formation : rencontrez plus de 40 organismes et grandes écoles lors de notre salon CPF en ligne
Courtepaille, McDonald's... qui sont les meilleurs employeurs de la restauration ?