Marchés français ouverture 8 h 30 min
  • Dow Jones

    35 719,43
    +492,40 (+1,40 %)
     
  • Nasdaq

    15 686,92
    +461,76 (+3,03 %)
     
  • Nikkei 225

    28 455,60
    +528,23 (+1,89 %)
     
  • EUR/USD

    1,1275
    -0,0011 (-0,10 %)
     
  • HANG SENG

    23 983,66
    +634,28 (+2,72 %)
     
  • BTC-EUR

    44 795,13
    -233,45 (-0,52 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 308,39
    -12,89 (-0,98 %)
     
  • S&P 500

    4 686,75
    +95,08 (+2,07 %)
     

Entre pro nucléaires et pro renouvelables, des politiques très divisés

·2 min de lecture

Pro-renouvelables contre pro-nucléaires. Entre ces deux blocs, une troisième voie prônant le mix énergétique tente de percer en vue de 2022.

« L'éolien est un scandale français. Les éoliennes défigurent le paysage et pourrissent la vie des riverains. Depuis des années, je fais des propositions au gouvernement pour mettre fin à ce scandale. La région financera les actions d'une fédération d'associations anti-éolien. » Ce dimanche 14 mars sur France 3, Xavier Bertrand met le feu aux poudres en annonçant qu'il engagera les moyens de sa région pour lutter contre les éoliennes. Le président des Hauts-de-France vient de faire entrer de manière fracassante le débat énergétique dans la campagne présidentielle. Nucléaire contre renouvelables, c'est la nouvelle passion française. Un clivage qui s'invite de façon spectaculaire dans le débat public à sept mois de la présidentielle, sur fond d'inquiétudes climatiques et de retour du souverainisme. « Depuis dix ans que je m'intéresse au sujet, c'est la première fois que je vois ces thèmes surgir aussi tôt dans la campagne », avoue un peu surpris le député LR du Vaucluse Julien Aubert, qui se souvient qu'en 2017 le sujet avait été évacué « en dix secondes » lors du débat d'entre-deux tours.

Comment expliquer cette montée en puissance des sujets énergétiques alors que ce thème est d'ordinaire peu débattu et considéré tout à fait secondaire face au pouvoir d'achat, au chômage ou même à la sécurité ? Il y a d'abord les conséquences de plus en plus visibles du dérèglement climatique. « La France se trouve au point de jonction d'un consensus scientifique et d'une expérience sociale, les Français ayant fait l'expérience au cours des derniers mois d'événements climatiques extrêmes à l'échelle locale », indique le président de la Fondation Jean-Jaurès, Gilles Finchelstein, qui a vu les Français hisser les préoccupations climatiques en troisième position du classement de l'enquête « Fractures françaises » en septembre 2021, 7 points devant l'immigration.

Fin des clivages traditionnels

Autre argument, le parc nucléaire français, qui produit 67 % de l'électricité française, est [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles