La bourse ferme dans 6 h 14 min
  • CAC 40

    6 268,44
    +1,05 (+0,02 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 944,03
    -2,03 (-0,05 %)
     
  • Dow Jones

    34 269,16
    -473,66 (-1,36 %)
     
  • EUR/USD

    1,2134
    -0,0018 (-0,15 %)
     
  • Gold future

    1 833,70
    -2,40 (-0,13 %)
     
  • BTC-EUR

    46 921,74
    +784,65 (+1,70 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 543,29
    +1 300,61 (+535,94 %)
     
  • Pétrole WTI

    65,67
    +0,39 (+0,60 %)
     
  • DAX

    15 130,32
    +10,57 (+0,07 %)
     
  • FTSE 100

    6 989,24
    +41,25 (+0,59 %)
     
  • Nasdaq

    13 389,43
    -12,43 (-0,09 %)
     
  • S&P 500

    4 152,10
    -36,33 (-0,87 %)
     
  • Nikkei 225

    28 147,51
    -461,08 (-1,61 %)
     
  • HANG SENG

    28 231,04
    +217,23 (+0,78 %)
     
  • GBP/USD

    1,4141
    -0,0003 (-0,02 %)
     

Entre Macron et Philippe, ce n'était "pas une question d'amour" ni "d'amitié", mais de "confiance"

·1 min de lecture

Dans le roman de Frédéric Begbeider, l'Amour dure trois ans. Pour Edouard Philippe et Emmanuel Macron, la relation si particulière qui lie les deux têtes du pouvoir exécutif français aura tenu à peine deux mois de plus : nommé en mai 2017, le chef du gouvernement a été remplacé par Jean Castex début juillet 2020. Mais selon le principal intéressé, l'analogie s'arrête là. "Le fondement de la relation entre un Premier ministre et un président, ce n'est pas une question d'amour", commente-t-il au micro de Michel Denisot, dont l'interview est diffusée à 18h30 sur Europe 1 dans Europe Soir, présenté par Julian Bugier. . 

>> EVENEMENT - Edouard Philippe est l'invité exceptionnel de Michel Denisot ce lundi soir dès 18h30 pour un entretien exceptionnel d'une heure. Ecoutez-le en direct ici

"Quand il a envie d'en changer, il en change"

Selon Edouard Philippe, il n'est, en l'espèce, pas plus question "d'amitié". "C'est une question de confiance, c'est très important. (…) C'est une question de convergence des vues. C'est une relation de travail. C'est comme cela, d'ailleurs, que je l'envisageais et que je l'ai toujours pratiquée". Un fonctionnement qui a permis au binôme de "faire beaucoup de choses", selon l'ex-chef du gouvernement. "J'en suis assez fier."

Quant à la rupture entre les deux hommes, Edouard Philippe rappelle que le choix du Premier ministre est "une prérogative absolue du président de la République, qui est le signe de sa prééminence au sein des institutions. (…)&n...


Lire la suite sur Europe1