La bourse ferme dans 7 h 57 min
  • CAC 40

    5 822,65
    +24,67 (+0,43 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 718,32
    +12,33 (+0,33 %)
     
  • Dow Jones

    31 961,86
    +424,51 (+1,35 %)
     
  • EUR/USD

    1,2198
    +0,0030 (+0,24 %)
     
  • Gold future

    1 787,70
    -10,20 (-0,57 %)
     
  • BTC-EUR

    41 104,50
    -32,57 (-0,08 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 000,51
    +5,85 (+0,59 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,59
    +0,37 (+0,59 %)
     
  • DAX

    13 989,45
    +13,45 (+0,10 %)
     
  • FTSE 100

    6 675,53
    +16,56 (+0,25 %)
     
  • Nasdaq

    13 597,97
    0,00 (0,00 %)
     
  • S&P 500

    3 925,43
    +44,06 (+1,14 %)
     
  • Nikkei 225

    30 168,27
    +496,57 (+1,67 %)
     
  • HANG SENG

    30 074,17
    +355,93 (+1,20 %)
     
  • GBP/USD

    1,4142
    +0,0001 (+0,00 %)
     

Ticket resto étudiant : "Les non-boursiers en bénéficieront aussi"

·2 min de lecture

Capital : Vous proposez de créer un “ticket restaurant étudiant”. Comment fonctionnerait-il ?

Anne-Laure Blin : Sur leur site universitaire, les étudiants pourraient acheter des tickets restaurant d’une valeur de 6 ou 7 euros au tarif social étudiant, c'est-à-dire 3,30 euros. L’ensemble des étudiants pourraient bénéficier du tarif social étudiant, peu importe leur statut (qu’ils soient boursiers ou non boursiers), et leur zone géographique. Car dans certains endroits, notamment chez moi à Saumur, il n’y a pas de restaurant universitaire. Le dispositif a pour vocation de perdurer au-delà de la crise sanitaire.

Capital : Pourquoi ne souhaitez-vous pas faire de différence entre les étudiants boursiers et non boursiers ?

Anne-Laure Blin : Aujourd’hui, tous les étudiants font face à des difficultés financières, boursiers ou non. Ils n’ont plus de jobs étudiants, et cela place tout le monde dans une fragilité importante. J’ai eu des retours de parents qui doivent subvenir aux besoins de plusieurs enfants étudiants qui n’ont plus de petit job, alors qu’eux-mêmes sont passés par le chômage partiel et sont donc en grande difficulté financière. Pour autant, leurs enfants n’ont pas le statut de boursiers.

>> A lire aussi - Télétravail : votre employeur a-t-il le droit de supprimer les tickets restaurant ?

Capital : Comment les tickets restaurant étudiants seraient-ils financés ?

Anne-Laure Blin : Ils seraient financés à coût constant, c’est-à-dire par l’argent avec lequel l’Etat finance la restauration étudiante aujourd’hui. Quand vous allez dans un restaurant universitaire, vous ne mangez pas pour 3,30 euros : l’étudiant paie une partie, et l’Etat complète pour arriver à la somme globale du coût d’un repas étudiant. De la même manière, l’Etat financerait la moitié du ticket restaurant étudiant.

Capital : Vous pointez dans votre proposition de loi les défaillances du système de restauration universitaire français. Que lui reprochez-vous ?

Anne-Laure Blin : Pour plusieurs raisons, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

CB : les nouvelles cartes en métal vendues par les banques sont-elles vraiment utiles ?
Linxo, Bankin’, Budgea… les meilleures applis pour gérer son budget
Le simulateur de vos impôts 2021 est en ligne
Mobile et box : des forfaits en édition limitée avec plus de 600 euros d'économies à la clé
Emploi à domicile : en 2022 vous bénéficierez en temps réel du crédit d’impôt