La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 612,76
    -21,01 (-0,32 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 089,30
    -27,47 (-0,67 %)
     
  • Dow Jones

    34 935,47
    -149,06 (-0,42 %)
     
  • EUR/USD

    1,1872
    -0,0024 (-0,20 %)
     
  • Gold future

    1 812,50
    -18,70 (-1,02 %)
     
  • BTC-EUR

    34 795,82
    +1 368,12 (+4,09 %)
     
  • CMC Crypto 200

    955,03
    +5,13 (+0,54 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,81
    +0,19 (+0,26 %)
     
  • DAX

    15 544,39
    -96,08 (-0,61 %)
     
  • FTSE 100

    7 032,30
    -46,12 (-0,65 %)
     
  • Nasdaq

    14 672,68
    -105,59 (-0,71 %)
     
  • S&P 500

    4 395,26
    -23,89 (-0,54 %)
     
  • Nikkei 225

    27 283,59
    -498,83 (-1,80 %)
     
  • HANG SENG

    25 961,03
    -354,29 (-1,35 %)
     
  • GBP/USD

    1,3908
    -0,0050 (-0,35 %)
     

Cette enquête inédite dévoile les profils, les parcours et les difficultés des femmes passées par l'ENA

·1 min de lecture

INTERVIEW - Pendant plusieurs années, la sociologue Elsa Favier a réalisé des entretiens avec des femmes énarques de différentes générations, et construit et exploité une base de données sur les trajectoires de 2.000 femmes et hommes sortis de l’ENA, depuis les années 1970. Le 8 juillet, elle a reçu le prix de la meilleure thèse en sciences sociales, décerné par PSL.

Alors que et de l'Ecole Nationale d'Administration (ENA) est lancée, et que la question de la place des femmes dans les sphères de pouvoir reste plus que jamais d'actualité, Elsa Favier, docteure en sociologie, vient de terminer un travail de recherche inédit à la croisée de ces deux sujets: . Dans le cadre de cette longue enquête combinant ethnographie et statistiques, la normalienne a réalisé des entretiens avec des femmes énarques de différentes générations et des membres de leur famille. Elle a aussi construit et exploité une base de données inédite sur les trajectoires de 2.000 femmes et hommes sortis de l’ENA, depuis les années 1970. Enfin, elle a réalisé un stage d'observation en préfecture. Jeudi 8 juillet, , décerné par PSL. Challenges l'a interviewé le lendemain.

Challenges - Comment vous êtes-vous intéressée aux femmes énarques?

Elsa Favier - Il y a des femmes énarques dans ma famille. L’une d'elles a rencontré des difficultés de carrière et s’est rapprochée d'un réseau féminin de la haute fonction publique. Ce réseau cherchait un ou une sociologue qui s'intéressait aux carrières des femmes énarques. Je me suis dit que c'était un sujet intéressant, qui n’avait pas été traité. Et le fait d'être normalienne et issue des classes supérieures me permettait de faire une enquête sur un terrain de recherche qui n’est pas accessible à tous les sociologues.

Vous expliquez dans votre thèse que les femmes énarques ont été très peu étudiées et que la dernière recherche à ce sujet, conduite par Mariette Sineau, date de 1974. Comment l'expliquer?

En sociologie, les études sur le genre et le travail se sont d'abord plutôt intéressées aux femmes des classes populaires. À partir des années 1990, des travaux ont été réalisés sur les femmes ingénieures, pharmaciennes, avocates, femmes politiques… Mais il y avait peu de travaux sur la haute fonction publique. J’ai commencé ma thèse en 2012, l’année où les quotas ont été instaurés dans la fonction publique, et un an après ,[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles