La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 553,86
    +9,19 (+0,14 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 776,81
    +19,76 (+0,53 %)
     
  • Dow Jones

    33 761,05
    +424,38 (+1,27 %)
     
  • EUR/USD

    1,0257
    -0,0068 (-0,66 %)
     
  • Gold future

    1 818,90
    +11,70 (+0,65 %)
     
  • BTC-EUR

    23 785,71
    +30,03 (+0,13 %)
     
  • CMC Crypto 200

    574,64
    +3,36 (+0,59 %)
     
  • Pétrole WTI

    91,88
    -2,46 (-2,61 %)
     
  • DAX

    13 795,85
    +101,34 (+0,74 %)
     
  • FTSE 100

    7 500,89
    +34,98 (+0,47 %)
     
  • Nasdaq

    13 047,19
    +267,27 (+2,09 %)
     
  • S&P 500

    4 280,15
    +72,88 (+1,73 %)
     
  • Nikkei 225

    28 546,98
    +727,65 (+2,62 %)
     
  • HANG SENG

    20 175,62
    +93,19 (+0,46 %)
     
  • GBP/USD

    1,2139
    -0,0064 (-0,52 %)
     

Enquête sur l'assaut du Capitole: Trump face à un champ de mines judiciaire

AFP/Archives - Brendan Smialowski

Il n'est pas encore hors-jeu, loin de là. Donald Trump peut toujours compter sur sa base fidèle. Mais pour l'ancien président, le témoignage explosif d'une ancienne assistante de son chef de cabinet, sur son comportement lors de l'assaut du 6 janvier 2021 contre le Congrès, a porté un coup sérieux à sa crédibilité. Même auprès de nombreux républicains.

Trois jours après, le smoking gun fume toujours. Trois jours après, Washington digère encore ce qui semblait impossible dans l'Amérique de 2022: un nouveau Watergate. C'est peu dire que le témoignage de Cassidy Hutchinson –une assistante de Mark Meadows, le chef de cabinet de Trump– contre le Congrès, a stupéfié l'Amérique. C'est une bombe. Mais c'est aussi, peut-être, le domino qui risque de faire tomber tous les autres.

Trois jours après, Washington se repasse en boucle les morceaux les plus croustillants du témoignage de cette femme de 25 ans, qui vit désormais sous protection rapprochée. Le plus incroyable: Trump, à l'arrière de la "Bête", qui était ce jour-là un 4x4 blindé, tentant d'agripper le volant pour obliger le chauffeur du Secret Service à le conduire au Capitole, puis saisissant à la gorge un autre agent tentant de s'interposer. Ce 6 janvier 2021, le président a totalement pété les plombs, si l'on en croit Hutchinson. Mais cette scène (contestée par les agents en question) n'est qu'un zakouski. La jeune femme a également révélé que Trump a voulu que les manifestants qui se dirigeaient vers le Congrès ne passent pas sous des détecteurs de métaux (on imagine le bain de sang s'il avait été écouté), a estimé devant son chef de cabinet que le vice-président Mike Pence méritait d'être pendu, comme menaçaient de le faire les assaillants du Congrès, ou encore a lancé, de rage contre son ministre de la Justice Bill Barr, une assiette pleine de ketchup contre un mur de la Maison-Blanche.

Watergate

Non seulement Trump savait que la manifestation devant le Capitole allait dégénérer en attaque violente contre la démocratie américaine, mais il le souhaitait, et certains de ses proches, comme Rudy Giuliani ou Mark Meadows, l'avaient prévu et sans doute doute même aidé à organiser. Cela a un nom: un acte de sédition pur et simple, pire que les machinations de Nixon en 1974. "Jamais, dans l'histoire, nous n'avons entendu un témoignage crédible devant le Congrès aussi[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles