La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,14
    +96,81 (+1,54 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 017,44
    +64,99 (+1,64 %)
     
  • Dow Jones

    34 382,13
    +360,68 (+1,06 %)
     
  • EUR/USD

    1,2146
    +0,0062 (+0,51 %)
     
  • Gold future

    1 842,60
    +18,60 (+1,02 %)
     
  • BTC-EUR

    41 374,77
    +488,48 (+1,19 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 407,46
    +48,90 (+3,60 %)
     
  • Pétrole WTI

    65,37
    +1,55 (+2,43 %)
     
  • DAX

    15 416,64
    +216,96 (+1,43 %)
     
  • FTSE 100

    7 043,61
    +80,28 (+1,15 %)
     
  • Nasdaq

    13 429,98
    +304,99 (+2,32 %)
     
  • S&P 500

    4 173,85
    +61,35 (+1,49 %)
     
  • Nikkei 225

    28 084,47
    +636,46 (+2,32 %)
     
  • HANG SENG

    28 027,57
    +308,90 (+1,11 %)
     
  • GBP/USD

    1,4097
    +0,0045 (+0,32 %)
     

Enlèvement de Mia : la mère "n'a jamais été violente avec sa fille", assure un ancien compagnon

franceinfo
·1 min de lecture

"Lola c'est une femme speed, un peu impulsive, mais elle n'est pas méchante", témoigne samedi 17 avril sur franceinfo Ludovic, un ancien compagnon de la mère de Mia, enlevée chez sa grand-mère dans les Vosges mardi. La petite fille et sa mère Lola Montemaggi sont toujours introuvables. Quatre hommes, dont trois sont suspectés d'être les ravisseurs, ont été interpellés.

La mère "n'a jamais été violente avec sa fille", assure Ludovic. Après voir vécu un an et demi avec Lola et Mia entre 2014 et 2016, il estime que la mère "est prête à tout pour sa fille". "C'est pour ça que ça m'énerve quand je vois ce que le procureur dit de tout ça, comment des gens de la justice peuvent dire des choses comme ça, sachant qu'ils ne vivent pas dans sa vie". Il estime que "ce qu'elle veut c'est juste vivre avec sa fille et être tranquille en fait".

Une femme joyeuse et une mère dévouée

Ludovic récuse le terme "marginale" employé par les enquêteurs pour définir Lola Montemaggi. "Marginale c'est un grand mot", estime-t-il. "En fait elle est un peu comme beaucoup de personnes, c'est pas qu'elle n'aime pas les lois mais elle trouve la justice injuste". Il pense que la mère était "au bout de sa vie à cause de la décision de justice. Le 11 janvier quand elle a appris qu'on lui enlevait sa fille, c'était la pire chose pour elle".

L'ancien compagnon de Lola décrit une femme "joyeuse tout le temps que j'étais avec elle. Elle travaillait au casino à Gérardmer. Elle servait au bar, elle faisait la (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi