La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 285,24
    +12,53 (+0,20 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 657,03
    +16,48 (+0,45 %)
     
  • Dow Jones

    31 261,90
    +8,77 (+0,03 %)
     
  • EUR/USD

    1,0565
    -0,0022 (-0,21 %)
     
  • Gold future

    1 844,20
    +3,00 (+0,16 %)
     
  • BTC-EUR

    27 655,80
    -1 036,69 (-3,61 %)
     
  • CMC Crypto 200

    651,72
    -21,65 (-3,22 %)
     
  • Pétrole WTI

    112,70
    +0,49 (+0,44 %)
     
  • DAX

    13 981,91
    +99,61 (+0,72 %)
     
  • FTSE 100

    7 389,98
    +87,24 (+1,19 %)
     
  • Nasdaq

    11 354,62
    -33,88 (-0,30 %)
     
  • S&P 500

    3 901,36
    +0,57 (+0,01 %)
     
  • Nikkei 225

    26 739,03
    +336,19 (+1,27 %)
     
  • HANG SENG

    20 717,24
    +596,56 (+2,96 %)
     
  • dólar/libra

    1,2493
    +0,0019 (+0,15 %)
     

Enki Bilal, explorateur du futur

Entre réalité et science-fiction, l'auteur culte de bande dessinée déploie un sens puissant de l'anticipation dans tous ses albums, dont le dernier, Bug. Un univers superbe qu'il installe dans un avenir proche aux frontières du possible.

En mars, Enki Bilal a signé le troisième volume de Bug, une saga publiée pour la première fois en 2017. Le dessinateur y imagine la disparition brutale de toutes les données numériques stockées sur terre. L'humanité est soudain privée de mémoire, faute de pouvoir accéder à celle du Cloud. D'une case de l'album naît une curieuse impression de déjà-vu. Deux personnages sont assis chacun à l'extrémité d'une immense table. "Elle mesure près de 7 mètres, distance de sécurité oblige", stipule la bande texte. Comment ne pas songer à la rencontre, le 7 février dernier, entre Vladimir Poutine et Emmanuel Macron au cœur du Kremlin? Le visage d'Obb, le personnage créé par Enki Bilal, est affublé d'une tache bleue. Intriguée, son interlocutrice se méfie, elle craint la contagion. Quelques pages plus tôt, elle s'est présentée: "Novo tsarine de Russie." In petto, Obb la juge "imprévisible, névrosée, obsessionnelle". Etonnante prémonition! La planche a été réalisée il y a plus de six mois. "C'est une forme d'intuition, se défend Enki Bilal. J'observe le monde en marche. L'actualité nourrit mon inspiration. Je commence invariablement mes journées en lisant la presse, souvent deux ou trois journaux."

Extraits de l'intégrale de Monstre. Enki Bilal projette ses histoires "dans un horizon d'une vingtaine d'années. J'observe le monde en marche, j'extrapole à partir de ce qui est déjà en place." (Monstre, Enki Bilal © Casterman 2018)

(Monstre, Enki Bilal © Casterman 2018)

Ce n'est pas la première fois que le dessinateur anticipe la réalité. Dans Le Sommeil du monstre (1998), il avait mis en scène une internationale religieuse qui orchestrait l'explosion d'une tour en plein cœur d'une ville. Avant le 11 septembre 2001. Enki Bilal réfute pourtant le terme de visionnaire. "J'extrapole à partir de ce qui est déjà en place." Il se projette dans un futur proche, "un horizon d'une vingtaine d'années". Ainsi, dans Bug, livre 3, l'action se situe-t-elle en 2042… Dans l'album Partie de chasse [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles