La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 285,24
    +12,53 (+0,20 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 657,03
    +16,48 (+0,45 %)
     
  • Dow Jones

    31 261,90
    +8,77 (+0,03 %)
     
  • EUR/USD

    1,0562
    -0,0026 (-0,24 %)
     
  • Gold future

    1 845,10
    +3,90 (+0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    28 273,09
    +118,02 (+0,42 %)
     
  • CMC Crypto 200

    650,34
    -23,03 (-3,42 %)
     
  • Pétrole WTI

    110,35
    +0,46 (+0,42 %)
     
  • DAX

    13 981,91
    +99,61 (+0,72 %)
     
  • FTSE 100

    7 389,98
    +87,24 (+1,19 %)
     
  • Nasdaq

    11 354,62
    -33,88 (-0,30 %)
     
  • S&P 500

    3 901,36
    +0,57 (+0,01 %)
     
  • Nikkei 225

    26 739,03
    +336,19 (+1,27 %)
     
  • HANG SENG

    20 717,24
    +596,56 (+2,96 %)
     
  • GBP/USD

    1,2495
    +0,0020 (+0,16 %)
     

Engie signe un contrat pour du gaz naturel liquéfié américain et suscite la colère des ONG

Le groupe français Engie, qui cherche à diversifier ses approvisionnements gaziers hors de Russie, a signé un contrat d'approvisionnement de gaz naturel liquéfié (GNL) sur 15 ans auprès de l'américain NextDecade, a annoncé lundi 3 mai ce dernier, attirant les critiques de défenseurs de l'environnement. Engie va acheter 1,75 million de tonnes par an de GNL provenant du futur terminal texan Rio Grande, à partir de 2026, indique NextDecade dans un communiqué. La gaz russe représente 20% des approvisionnements d'Engie. Mais pour se diversifier, le groupe négocie actuellement des volumes additionnels avec d'autres pays, dont les Etats-Unis.

Engie avait déjà étendu en mars un contrat avec un autre groupe américain, Cheniere Energy, pour lui acheter plus de GNL que prévu initialement et pour plus longtemps. Les Amis de la Terre France ont dénoncé lundi un contrat "toxique" avec NextDecade et ont accusé Engie et le gouvernement français d'"incohérence". En 2020, un contrat négocié avec la même entreprise américaine avait en effet été abandonné après avoir été contesté par des défenseurs de l'environnement et l'Etat, qui détient près de 24% d'Engie.

À l'époque, les critiques pointaient l'importation de gaz de schiste, produit par fracturation hydraulique, un mode d'extraction interdit en France. "Les risques associés au projet sont nombreux, démontrés et reconnus : méga-projet implanté au coeur de l’écosystème riche et vulnérable d’une réserve naturelle ; menace pour la survie d’espèces (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Inflation : Leclerc va compenser les hausses de prix avec des bons d'achat
E-commerce : comment Veepee est devenu un poids lourd... tout en restant fidèle à son modèle d’origine
Un premier billet d’avion NFT vendu pour une petite fortune
BNP Paribas profite de la bonne performance de sa banque de financement et d'investissement
Stellantis rachète le service d'autopartage de BMW et Mercedes-Benz

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles