La bourse ferme dans 1 h 2 min
  • CAC 40

    6 209,71
    +25,61 (+0,41 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 979,21
    +12,22 (+0,31 %)
     
  • Dow Jones

    33 841,97
    +164,70 (+0,49 %)
     
  • EUR/USD

    1,1957
    +0,0003 (+0,02 %)
     
  • Gold future

    1 734,80
    -12,80 (-0,73 %)
     
  • BTC-EUR

    52 675,90
    -180,58 (-0,34 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 364,31
    -11,47 (-0,83 %)
     
  • Pétrole WTI

    61,44
    +1,26 (+2,09 %)
     
  • DAX

    15 232,69
    -1,67 (-0,01 %)
     
  • FTSE 100

    6 922,04
    +31,55 (+0,46 %)
     
  • Nasdaq

    13 983,90
    -12,20 (-0,09 %)
     
  • S&P 500

    4 144,50
    +2,91 (+0,07 %)
     
  • Nikkei 225

    29 620,99
    +82,29 (+0,28 %)
     
  • HANG SENG

    28 900,83
    +403,58 (+1,42 %)
     
  • GBP/USD

    1,3774
    +0,0022 (+0,16 %)
     

Un enfant prend le contrôle du Twitter du commandement des armes nucléaires

Louis Neveu, Journaliste
·2 min de lecture

« ; L ;; gmlxzssaw. », voici le message mystérieux qui est apparu dimanche sur le compte officiel de l’US Strategic Command, autrement dit, le commandement stratégique de l’armée américaine qui gère l’ensemble des armes nucléaires. Un piratage du compte par des hackers pour les uns, un message secret selon les adeptes des théories du complot de QAnon, le passage d’un chat sur le clavier pour les autres… Ce message a, en tout cas, fait l’effet d’une bombe sur twitter avec des milliers de retweets et de mentions « J’aime ».

Ce tweet a été rapidement supprimé et a laissé place à un message d’excuse assez lapidaire demandant de l’ignorer. Même s’il s’agissait d’une erreur, qu’un tel tweet ait pu être publié sur le compte officiel des responsables du parc d’armes ultimes nécessitait un peu plus d’explications sur ce qu’il s’est passé.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Un couac du télétravail

C’est ainsi qu'en vertu de la loi américaine d’accès à l’information — le Freedom of Information Act (FOIA) —, le site The Daily Dot a demandé plus de détails sur ce loupé auprès du Commandement stratégique américain. Réponse : pas de hacker, pas de message secret complotiste, ni de chat, mais plutôt l’expression d’un petit saboteur. Les responsables de l’US-Stratcom ont expliqué que le community manager de l'organisation était en télétravail et qu’il a momentanément laissé le compte Twitter du Commandement actif et sans surveillance. Son très jeune enfant a profité de ce moment, pour tapoter le clavier et poster le message innocemment.

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura