Marchés français ouverture 7 h
  • Dow Jones

    29 926,94
    -346,93 (-1,15 %)
     
  • Nasdaq

    11 073,31
    -75,33 (-0,68 %)
     
  • Nikkei 225

    27 311,30
    +190,80 (+0,70 %)
     
  • EUR/USD

    0,9791
    -0,0004 (-0,04 %)
     
  • HANG SENG

    18 012,15
    -75,82 (-0,42 %)
     
  • BTC-EUR

    20 383,72
    -364,24 (-1,76 %)
     
  • CMC Crypto 200

    456,11
    -7,01 (-1,51 %)
     
  • S&P 500

    3 744,52
    -38,76 (-1,02 %)
     

Energie: Poutine hausse le ton face à une Europe craignant des pénuries

Le président russe Vladimir Poutine a menacé mercredi de cesser toute livraison d'hydrocarbures en cas de plafonnement des prix, tout en se défendant d'utiliser l'énergie comme une "arme" face à l'Europe qui craint des pénuries.

La semaine dernière, les pays du G7 ont indiqué vouloir mettre en oeuvre "urgemment" un plafonnement du prix du pétrole russe, encourageant une "large coalition" de pays à y participer, en représailles contre l'offensive menée en Ukraine.

Mercredi, Vladimir Poutine a tenu à être clair: la Russie ne livrera plus de pétrole ou de gaz aux pays qui plafonneraient les prix des hydrocarbures vendus par Moscou.

Plafonner les prix des hydrocarbures russes serait "une décision absolument stupide", "une bêtise", a lancé M. Poutine lors d'un forum économique à Vladivostok (Extrême-Orient russe).

"Si les pays européens veulent renoncer à leurs avantages compétitifs, c'est à eux de décider", a-t-il prévenu. Mais "nous ne livrerons rien du tout si c'est contraire à nos intérêts, en l'occurrence économiques. Ni gaz, ni pétrole, ni charbon (...). Rien", a-t-il ajouté, le ton ferme.

"Nous ne fournirons rien en dehors du cadre des contrats" signés avec les pays importateurs, a encore affirmé M. Poutine devant plusieurs dirigeants économiques russes et asiatiques, fustigeant "ceux qui essaient de nous dicter leur propre volonté".

- "Boomerang" -

C'est dans ce contexte de bras de fer que la Russie a annoncé la semaine dernière la fermeture des vannes du gazoduc Nord Stream, qui dessert l'Allemagne et plusieurs pays européens, invoquant des raisons techniques.

Selon le géant russe Gazprom, cette interruption prolongée est due à la nécessité de réparer une turbine du gazoduc.

Cette décision a renforcé les craintes des pays européens d'une coupure totale du gaz russe vers le continent à l'approche de l'hiver et sur fond d'inflation galopante des prix de l'énergie.

Mercredi, M. Poutine a appelé les pays européens à "revenir à la raison", au moment où des voix s'élèvent en Occident pour accuser la Russie d'utiliser son gaz comme un moyen de pression dans le contexte du conflit en Ukraine.

Des accusations balayées mercredi par Vladimir Poutine: "Ils disent que la Russie utilise l'énergie comme une arme. Encore un non-sens !", a-t-il lancé.

Moscou se défend notamment en arguant que les sanctions à son encontre pour son offensive en Ukraine ont provoqué une pénurie de pièces de rechange qui menace l'intégrité de Nord Stream.

"Donnez-nous une turbine et demain nous relancerons Nord Stream", a lancé le président russe à l'adresse des Européens.

"Nous sommes prêts à (reprendre les exportations) demain. Tout ce que vous avez à faire est d'appuyer sur un bouton", a-t-il affirmé, rappelant que ce n'était pas la Russie qui avait "imposé des sanctions".

Selon le président russe, les pays de l'UE, confrontés à une envolée des prix de l'énergie, "ont plusieurs solutions: soit subventionner (ces) prix élevés, (...) soit réduire la consommation".

"D'un point de vue économique, c'est correct. Mais d'un point de vue social, c'est dangereux. Cela peut provoquer une explosion", a-t-il mis en garde.

"Il vaut mieux respecter les obligations contractuelles, les règles civilisées", a fait valoir M. Poutine. "Il est impossible de nuire aux lois économiques +objectives+. Sinon cela vous reviendra comme un boomerang".

bur/abx