Marchés français ouverture 4 h 29 min
  • Dow Jones

    33 823,45
    -210,22 (-0,62 %)
     
  • Nasdaq

    14 161,35
    +121,67 (+0,87 %)
     
  • Nikkei 225

    29 121,48
    +103,15 (+0,36 %)
     
  • EUR/USD

    1,1918
    +0,0007 (+0,06 %)
     
  • HANG SENG

    28 736,12
    +177,53 (+0,62 %)
     
  • BTC-EUR

    31 385,87
    -1 443,03 (-4,40 %)
     
  • CMC Crypto 200

    929,75
    -40,13 (-4,14 %)
     
  • S&P 500

    4 221,86
    -1,84 (-0,04 %)
     

Energie: Fin du fossile, début du subtil

·2 min de lecture

EDITO - La transition ne suffit plus, c’est d’une rupture immédiate dont nous avons besoin. Tel est en substance le message fracassant que fait passer l’Agence internationale de l’énergie dans son dernier rapport, proposant une feuille de route en vue d’une neutralité carbone à 2050 et d’une limitation du réchauffement climatique à 1,5°C. Par Amandine Lepoutre, présidente du think tank Thinkers & Doers.

La transition ne suffit plus, c’est d’une rupture immédiate dont nous avons besoin. Tel est en substance le message fracassant que fait passer et d’une limitation du réchauffement climatique à 1,5°C. Aux gouvernements de bonne volonté mais qui procrastinent, ou aux gouvernements moins regardants, qui ont à gérer un rattrapage colossal de la demande et qui prévoient l’ouverture de dizaines de centrales au gaz ou à charbon, l’AIE explique qu’ils n’ont pas compris que sur le plan climatique, 2050, c’est aujourd’hui, si ce n’est avant-hier. Il convient de cesser dès maintenant tout nouveau projet d’exploration gazier ou pétrolier et de prévoir dès 2035.

Toujours plus fort, pour parvenir au ZEN (zéro émission nette), il faudrait inverser la part des énergies fossiles dans le mix énergétique mondial (de 80 à 20%), doubler la production d’énergie nucléaire, et plus que doubler, dès 2030, les investissements dans le secteur de l’énergie (de 2.000 à 5.000 milliards de dollars par an). Le gaz, souvent présenté comme l’énergie de la transition car il pollue moins que le charbon, retombe dans la catégorie des problèmes.

Lire aussi

Tout ceci va de pair avec une électrification massive de nos usages énergétiques, qu’il s’agisse de chaleur ou de transports: à la faveur des renouvelables, la production d’électricité devrait croître de 250%, tandis que la demande mondiale d’énergie chuterait de 8%, grâce notamment à la sobriété et un triplement de l’efficacité énergétique.

Quelles technologies?

Les technologies permettant ce saut seraient déjà disponibles: , solaire, ainsi que capture et stockage de carbone. L’Agence fait preuve d’optimisme, car cette dernière n’est pas mature. Le recours à la biomasse, également prôné par le rapport, peut laisser sceptique en effet, car son bilan carbone est très incertain, notamment pour la biomasse forestière. Quant au nucléaire, hors nouvelle catastrophe, son acceptabilité sociale reste plus que précaire: doubler la production mondiale suppose[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles