Marchés français ouverture 5 h 3 min
  • Dow Jones

    33 876,97
    +586,89 (+1,76 %)
     
  • Nasdaq

    14 141,48
    +111,10 (+0,79 %)
     
  • Nikkei 225

    28 658,21
    +647,28 (+2,31 %)
     
  • EUR/USD

    1,1908
    -0,0017 (-0,14 %)
     
  • HANG SENG

    28 465,81
    -23,19 (-0,08 %)
     
  • BTC-EUR

    27 418,65
    -2 504,91 (-8,37 %)
     
  • CMC Crypto 200

    785,69
    -64,66 (-7,60 %)
     
  • S&P 500

    4 224,79
    +58,34 (+1,40 %)
     

Endettés jusqu’au cou, ces apprentis pilotes vivent un cauchemar

·1 min de lecture

Après avoir longtemps rêvé de devenir pilote, le réveil est brutal pour de nombreux apprentis. La faillite d'une des principales écoles de formation de pilotes de ligne constitue un choc pour la profession mais révèle aussi un système de formations privées usant parfois de méthodes douteuses pour tirer profit de la passion qui anime les apprentis pilotes. Après la faillite d'Airways College, installée à Agen, ils sont 217 élèves à se retrouver sur le carreau, sans les qualifications nécessaires pour piloter un avion et lourdement endettés, puisqu'une formation de ce genre coûte autour de 100.000 euros en moyenne.

Benjamin Sauvée est de ceux-là. Il a emprunté 120.000 euros en août 2019 pour payer l'école. Il doit commencer à rembourser à partir d'août prochain, pour des mensualités s'élevant à 1.300 euros sur dix ans. Quand l'école a été placée en liquidation judiciaire le 29 avril dernier en raison d'un passif de 17 millions d'euros, il lui restait encore quatre mois de formation à effectuer. Avec certains camarades, il se démène maintenant auprès des pouvoirs publics pour sauver ce qui peut l'être et au moins obtenir ce pour quoi il a payé. Lui s'estime presque chanceux dans son malheur. "Certains ont versé l'argent et n'ont jamais touché un avion. D'autres encore n'avaient même pas mis un pied à l'école", détaille-t-il.

>> A lire aussi - Les pilotes de British Airways acceptent de rogner sur leur salaire

A 18 ou 19 ans, certains se retrouvent endettés jusqu'au cou, avec les parents (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Télétravail : pourrez-vous refuser de revenir au bureau à partir du 9 juin ?
Chômage : l’âge plus pénalisant que la crise pour retrouver un emploi
Entreprendre : ces opportunités qu'offre le secteur de la défense
"Job crafting" : cette technique pour reprendre du plaisir au travail
Télétravail ou retour au bureau ? “N’imaginez pas que le 9 juin, tout redeviendra comme avant” prévient cette DRH

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles