La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 287,07
    +52,93 (+0,85 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 032,99
    +39,56 (+0,99 %)
     
  • Dow Jones

    34 200,67
    +164,68 (+0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,1980
    +0,0004 (+0,04 %)
     
  • Gold future

    1 777,30
    +10,50 (+0,59 %)
     
  • BTC-EUR

    51 984,45
    +146,82 (+0,28 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,97
    +7,26 (+0,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,07
    -0,39 (-0,61 %)
     
  • DAX

    15 459,75
    +204,42 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 019,53
    +36,03 (+0,52 %)
     
  • Nasdaq

    14 052,34
    +13,58 (+0,10 %)
     
  • S&P 500

    4 185,47
    +15,05 (+0,36 %)
     
  • Nikkei 225

    29 683,37
    +40,68 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    28 969,71
    +176,57 (+0,61 %)
     
  • GBP/USD

    1,3842
    +0,0058 (+0,42 %)
     

Enchères : jusqu'à 500 000 dollars pour un bol chinois déniché dans un vide-grenier

·2 min de lecture

Le 17 mars, la maison Sotheby's mettra en vente un petit bol de porcelaine chinois du XVe siècle estimé entre 300 000 et 500 000 dollars. L'objet avait été acquis pour la modique somme de 35 dollars lors d'un vide-grenier du Connecticut.

C'est ce qui s'appelle "chiner" : un petit bol de porcelaine chinois, acheté 35 dollars dans un vide-grenier du Connecticut, dans le nord-est des États-Unis, va être mis sous le marteau chez Sotheby's pour une valeur estimée entre 300 000 et 500 000 dollars.

L'heureux "découvreur", dont le nom n'a pas été révélé, a fait expertiser le bol aux délicats motifs floraux par la maison d'enchères, d'abord en envoyant des photos, puis en apportant l'objet lui-même : il s'avère qu'il date du XVe siècle et qu'il fut peint pour la cour de l'empereur Yongle, troisième empereur de la dynastie Ming.

Seulement six autres dans le monde

Sa forme et son motif floral "très distinctifs" le classent dans une catégorie de bols rarissimes — seuls six autres bols comparables ont été identifiés dans le monde, a indiqué à l'AFP Angela McAteer, responsable des arts chinois chez Sotheby's à New York. Sur ces six, cinq sont dans des musées — deux à Taipei, deux à Londres, un à Téhéran. Le sixième a été "vu pour la dernière fois sur le marché en 2007", dit-elle.

Dans ces conditions, la vente, prévue le 17 mars, devrait intéresser autant les collectionneurs privés que les institutions, dit-elle.

Quant à savoir comment le bol a cheminé de la Chine jusqu'au Connecticut à travers les siècles, on ne le saura sans doute jamais, dit-elle. Beaucoup de pièces d'art chinoises sont arrivées dans les foyers occidentaux au XIXe siècle, et ont ensuite été transmises de génération en génération, sans documentation particulière.

Avec AFP