Marchés français ouverture 42 min
  • Dow Jones

    34 077,63
    -123,04 (-0,36 %)
     
  • Nasdaq

    13 914,77
    -137,58 (-0,98 %)
     
  • Nikkei 225

    29 088,67
    -596,70 (-2,01 %)
     
  • EUR/USD

    1,2057
    +0,0016 (+0,13 %)
     
  • HANG SENG

    29 154,24
    +48,09 (+0,17 %)
     
  • BTC-EUR

    45 379,93
    -2 000,17 (-4,22 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 232,55
    -66,41 (-5,11 %)
     
  • S&P 500

    4 163,26
    -22,21 (-0,53 %)
     

Les employeurs peuvent enquêter (secrètement) sur leurs salariés... dans certains cas

·2 min de lecture

Dans un arrêt rendu le 17 mars, la Cour de cassation estime qu'un employeur peut réaliser une enquête sur un salarié et l'utiliser comme motif de licenciement. Et ce, sans avoir à en informer le salarié au préalable. Mais cela n'est valable que dans certains cas.

Un employeur peut organiser dans l'entreprise une enquête "secrète" sur un salarié et l'utiliser comme motif de licenciement. C'est ce qui ressort d'un arrêt rendu par la Cour de cassation le 17 mars dernier. Attention toutefois : cela n'est valable que dans certains cas seulement. Ainsi, à partir du moment où l'entreprise déclare agir pour vérifier une dénonciation de harcèlement moral, le résultat d'une telle enquête "ne constitue pas une preuve déloyale issue d'un procédé clandestin de surveillance de l'activité du salarié", déclare la Cour.

Et ce, même si le salarié visé n'a ni été entendu dans le cadre de l'enquête, ni informé au préalable. En pareil cas, la loi selon laquelle "aucune information concernant personnellement un salarié ne peut être collectée par un dispositif qui n'a pas été porté préalablement à sa connaissance" peut donc être écartée, ajoute l'institution.

Pour mieux comprendre cette décision, revenons sur les faits. Le dossier concerne une salariée que ses subordonnés accusaient de mal se comporter et à laquelle ils reprochaient de proférer des grossièretés ou des injures à caractère racial et discriminatoire, de les surveiller en permanence et de créer une ambiance de stress et de conflits. L'entreprise, avec l'accord des délégués du personnel, avait alors chargé un intervenant extérieur de procéder à une enquête sans en informer la salariée visée et sans entendre son point de vue. Une enquête dont le résultat a conduit au licenciement de la salariée. (...)

Cliquez ici pour voir la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :

SNCF, Air France... qui sont les meilleurs employeurs du transport des personnes ?
Adecco, Manpower... ce sont les entreprises préférées des salariés des services à l'emploi
Hermès, LVMH, Etam... voici les meilleurs employeurs de l'habillement et des accesoires
Formation : suivez 12 webinaires sur-mesure pendant notre salon virtuel CPF
Gallimard, France Télévisions... voici les meilleurs employeurs des médias et de la communication