La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 638,46
    -63,52 (-0,95 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 158,51
    -36,41 (-0,87 %)
     
  • Dow Jones

    34 798,00
    +33,18 (+0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,1718
    -0,0029 (-0,25 %)
     
  • Gold future

    1 750,60
    +0,80 (+0,05 %)
     
  • BTC-EUR

    36 966,78
    +340,56 (+0,93 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 067,20
    -35,86 (-3,25 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,95
    +0,65 (+0,89 %)
     
  • DAX

    15 531,75
    -112,22 (-0,72 %)
     
  • FTSE 100

    7 051,48
    -26,87 (-0,38 %)
     
  • Nasdaq

    15 047,70
    -4,54 (-0,03 %)
     
  • S&P 500

    4 455,48
    +6,50 (+0,15 %)
     
  • Nikkei 225

    30 248,81
    +609,41 (+2,06 %)
     
  • HANG SENG

    24 192,16
    -318,82 (-1,30 %)
     
  • GBP/USD

    1,3681
    -0,0040 (-0,29 %)
     

Un employeur peut-il licencier un salarié ayant commis une fraude, s’il ne l’a pas détecté en raison d’un contrôle déficient ?

·1 min de lecture

Le cas : Un employeur peut-il licencier un salarié ayant commis une fraude, s’il ne l’a pas détecté en raison d’un contrôle défaillant ?

En janvier 2008, Société générale découvre qu’un de ses traders a réalisé des opérations frauduleuses d’une ampleur exceptionnelle. Vu la gravité des pertes accumulées, la banque dépose plainte au pénal contre son employé et, en parallèle, le licencie pour faute lourde. Mais elle obtient des dommages et intérêts bien moindres qu’attendu, son système de surveillance ayant été jugé défaillant. S’appuyant sur cette décision, le trader a alors tenté de contester son licenciement. En vain (1).

L’avis de l’avocat : On l’aura deviné : cet arrêt concerne, bien sûr, le cas de Jérôme Kerviel. Il est utile de rappeler que cette affaire a connu plusieurs péripéties juridiques. Il y a d’abord eu un volet pénal, avec une condamnation du trader à de la prison, notamment pour abus de confiance, faux et usage de faux. Il a aussi été condamné à des dommages et intérêts, mais d’un montant nettement moins élevé que ceux réclamés. En effet, les juges ont considéré que le système de surveillance interne de la banque ne permettait pas de prévenir d’éventuelles manœuvres frauduleuses.

Ce n’est pas tout. Il y a eu aussi un volet civil, Jérôme Kerviel ayant été licencié pour faute lourde. Ce degré de gravité contraint l’employeur à prouver que l’auteur de la faute avait pour intention de lui nuire. Or, la cour d’appel a estimé que ce dernier poursuivait surtout un (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Pourquoi le télétravail a rendu les "chief happiness officers" encore plus indispensables
Ces nouvelles formations proposées par Pôle emploi entièrement accessibles en ligne
10 conseils pour devenir un véritable manager bienveillant
Télétravail obligatoire, liberté renforcée… les scénarios à l’étude pour septembre en entreprise
Pourquoi c’est le bon moment pour demander une augmentation de salaire

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles