La bourse est fermée

Emploi : et si on augmentait les salaires pour doper la croissance et réduire la dette ?

Cela peut paraître incongru, indécent, sacrilège même, aux yeux de certains, et pourtant… Augmenter les salaires serait objectivement une bonne solution à beaucoup de maux dont souffre l’économie française en ce moment. Si on laisse de côté, ne serait-ce qu’un instant, l’idéologie et qu’on observe froidement les faits, que voit-on ? Que les Bourses, et en particulier la bourse de Paris, a atteint en fin d’année 2019 des records, alors même que l’économie réelle est plate, et que les perspectives sur les fondamentaux sont, au mieux, atones. Comment expliquer ce paradoxe ? … et, accessoirement, faut-il s’en réjouir ?

Certains ont avancé que cet enivrement des Bourses s’expliquait par une attitude d’emballement due à la pré-panique annonçant un effondrement, en tous points comparable aux mouvements fortement haussiers qui avaient immédiatement précédé la grande dépression de 1929 et la grande récession de 2008. Si ce n’est pas totalement à exclure, la raison en est à la fois beaucoup plus simple et beaucoup plus cynique. L’emballement de la Bourse, à contretemps de la réalité économique, est principalement due au fait que les entreprises cotées ont procédé aux rachats massifs leurs propres actions à hauteur de 230 milliards d’euros rien qu’en 2019. Soit l’équivalent de 10,3% du PIB de la France !

>> A lire aussi - Les 4 grands chocs qui guettent les pays riches dans les années 2020, selon Natixis

Ce qui, en termes plus explicites, revient à dire que les entreprises croulent sous leurs excès de liquidités. Et que, ne sachant plus quoi en faire, elles ne voient plus d’autres horizons que d’utiliser ces centaines de milliards d’euros de surplus de cash à racheter leurs propres actions. Exactement comme le serpent Ouroboros qui se mord la queue… Il est clair que cette stratégie d’utilisation de ces immenses excédents de ressources est vide de sens au plan économique, ne génère aucun emploi, aucune recette fiscale, et aucune croissance puisque cet argent est purement et simplement

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Pour l'UFC Que Choisir, il est toujours très difficile de changer de banque
Avec Comet Meetings, fini les séminaires soporifiques
Paris perd 11.000 habitants par an
Malgré le 737 MAX, le nombre de morts en avion a été divisé par deux en 2019
Dieselgate : Volkswagen veut solder à l'amiable son grand procès en Allemagne