Publicité
La bourse ferme dans 7 h 58 min
  • CAC 40

    7 671,61
    +0,27 (+0,00 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 938,65
    -9,08 (-0,18 %)
     
  • Dow Jones

    39 134,76
    +299,90 (+0,77 %)
     
  • EUR/USD

    1,0681
    -0,0025 (-0,24 %)
     
  • Gold future

    2 369,10
    +0,10 (+0,00 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 474,04
    -1 129,55 (-1,83 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 354,72
    -5,60 (-0,41 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,34
    +0,17 (+0,21 %)
     
  • DAX

    18 239,90
    -14,28 (-0,08 %)
     
  • FTSE 100

    8 279,19
    +6,73 (+0,08 %)
     
  • Nasdaq

    17 721,59
    -140,64 (-0,79 %)
     
  • S&P 500

    5 473,17
    -13,86 (-0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    38 596,47
    -36,55 (-0,09 %)
     
  • HANG SENG

    18 064,88
    -270,44 (-1,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,2644
    -0,0016 (-0,13 %)
     

Emmanuelle Béart révèle dans un documentaire avoir été victime d'inceste

L'actrice Emmanuelle Béart révèle publiquement avoir été victime d'inceste entre ses 10 et ses 14 ans dans un documentaire qu'elle a coréalisé et qui sera diffusé sur M6 le 24 septembre à 23h10.

"Son agresseur n'était pas Guy Béart", son père chanteur décédé en 2015, a souligné la coréalisatrice, Anastasia Mikova, mardi lors de la présentation du documentaire à la presse dans les locaux de M6.

Anastasia Mikova a indiqué avoir fait cette précision à la demande de l'actrice de 60 ans, qui n'était pas elle-même présente pour "raisons familiales". Emmanuelle Béart "ne souhaite pas" dévoiler l'identité de son agresseur, car cela n'est pas "la démarche" du film, a poursuivi sa coréalisatrice et amie.

"Je devais moi aussi parler"

Dans ce documentaire intitulé Un silence si bruyant, les deux femmes recueillent la parole de quatre victimes d'inceste, et Emmanuelle Béart livre en écho des éléments de sa propre histoire.

PUBLICITÉ

"Si mon père, ma mère, mon école, mes amis ne voient rien, c'est que tout peut recommencer, et tu recommenceras pendant quatre ans", dit-elle en voix off en s'adressant à la personne qui l'a agressée. Selon elle, c'est sa grand-mère qui a "sauvé (sa) peau".

"Je ne voulais pas prendre la parole, je voulais faire un espace de parole pour les autres. Confrontée à eux, à leur sincérité, à leur courage, je me suis dit que je devais moi aussi parler", a expliqué dans un message vidéo projeté à la presse avant le film l'actrice, révélée par le film Manon des sources en 1986.

Les témoins sont Norma, violée par son grand-père dans son enfance, Pascale, qui a occulté jusqu'à la cinquantaine les abus infligés par son père, Sarah, dont l'ex-compagnon a abusé de leur petite fille entre quatre et huit ans, et Joachim, qui accuse ses parents d'inceste, ce qu'ils nient.

Un fléau qui fait 160.000 victimes par an

Selon la Ciivise (Commission indépendante sur l'inceste et les violences sexuelles faites aux enfants), lancée en janvier 2021 après la prise de conscience provoquée par l'ouvrage La Familia grande de Camille Kouchner autour des violences sexuelles faites aux enfants, 160.000 enfants sont victimes de violences sexuelles chaque année en France et 5,5 millions d'adultes ont été victimes dans leur enfance, le plus souvent au sein de leur famille.

Cette situation nécessite une "réponse politique et sociétale", a plaidé Emmanuelle Béart. Le documentaire sera projeté le 19 septembre au secrétariat d'État chargé de l'Enfance.

"Je salue le courage d'Emmanuelle Béart et de celles et ceux qui témoignent à ses côtés. Il faut une prise de conscience collective de ce fléau qui continue à détruire tant d'enfants", a réagi la secrétaire d'État à l'Enfance, Charlotte Caubel, sur Twitter.

"Une grande campagne gouvernementale sera annoncée dans les prochains jours. Elle sera diffusée en parallèle de ce documentaire et d'autres émissions qui concerneront ce sujet", a par ailleurs indiqué le secrétariat d'État dans un communiqué.

Début juin, le gouvernement avait présenté les axes d'un futur plan contre les violences faites aux enfants centré sur les violences sexuelles, déjà jugé "timide" et "manquant d'ambition" par les associations.

Article original publié sur BFMTV.com