La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 762,34
    +85,47 (+1,51 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 318,20
    +39,16 (+1,19 %)
     
  • Dow Jones

    28 725,51
    -500,10 (-1,71 %)
     
  • EUR/USD

    0,9801
    -0,0018 (-0,19 %)
     
  • Gold future

    1 668,30
    -0,30 (-0,02 %)
     
  • BTC-EUR

    19 536,54
    -322,32 (-1,62 %)
     
  • CMC Crypto 200

    443,49
    +0,06 (+0,01 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,74
    -1,49 (-1,83 %)
     
  • DAX

    12 114,36
    +138,81 (+1,16 %)
     
  • FTSE 100

    6 893,81
    +12,22 (+0,18 %)
     
  • Nasdaq

    10 575,62
    -161,89 (-1,51 %)
     
  • S&P 500

    3 585,62
    -54,85 (-1,51 %)
     
  • Nikkei 225

    25 937,21
    -484,84 (-1,83 %)
     
  • HANG SENG

    17 222,83
    +56,96 (+0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,1166
    +0,0043 (+0,38 %)
     

Emmanuel Macron s'érige en défenseur du nucléaire et tacle le PDG d’EDF

POOL

Lors de l’université du Medef, le patron d’EDF Jean-Bernard Lévy avait vivement critiqué la politique nucléaire de la France. Emmanuel Macron lui a répondu ce lundi après-midi. Avec une certaine dose de mauvaise foi.

Emmanuel Macron n’a pas apprécié -et c’est peu de le dire- les critiques du PDG d’EDF fin août sur la conduite de la politique nucléaire de la nation. n’avait alors pas mâché ses mots. Le très discret patron avait fustigé l’inconséquence de son actionnaire l’Etat. Pourquoi le nucléaire français va mal? Pourquoi la filière manque de bras? Parce qu’elle a été soumise à des injonctions contradictoires, indique Jean-Bernard Lévy. "On nous a dit: 'votre parc nucléaire va décliner. Préparez-vous à fermer des centrales.' On a fermé les deux premières (, NDLR). On nous a dit: 'préparez-vous à fermer les douze suivantes.' On n’a donc pas embauché des gens pour en construire d’autres. On a embauché des gens pour en fermer douze."

L’Etat n’avait alors pas réagi à la saillie du PDG. Emmanuel Macron vient de le faire ce lundi après-midi à l’occasion d’une conférence de presse à l'Elysée qui faisait suite à un entretien en visioconférence . "C’est absolument inacceptable que les gens qui ont eu la responsabilité des travaux de maintenance du parc installé puissent expliquer aujourd’hui qu’on n’a pas pris nos responsabilités", estime le président. Citant le , la réunification de la filière nucléaire et la renaissance de Framatome, Emmanuel Macron a rappelé sa confiance dans le nucléaire lorsqu’il était ministre de l’Economie. Lorsqu’il accède à l’Elysée en 2017, la part du nucléaire dans le mix électrique français doit descendre à 50% d’ici à 2025. "Quelques mois plus tard, on a repoussé cette échéance de dix ans", rappelle le président. On a redonné de la visibilité au parc nucléaire." Il souligne que les travaux de grand carénage (la prolongation du parc de dix ans) ont été décidé. "Les investissements en formation ont été pris."

Lire aussi

Raisonnement spécieux

Ce plaidoyer pro domo est un peu spécieux. D’abord, repousser l’échéance des 50% à 2035 ne témoigne pas d’un attachement particulier au nucléaire. Rien n’avait été fait entre 2012 (date de l’élection de François Holl[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi