La bourse ferme dans 3 h 38 min
  • CAC 40

    6 717,55
    -58,70 (-0,87 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 065,33
    -44,18 (-1,08 %)
     
  • Dow Jones

    35 135,94
    +236,60 (+0,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,1358
    +0,0065 (+0,58 %)
     
  • Gold future

    1 794,70
    +9,50 (+0,53 %)
     
  • BTC-EUR

    51 202,09
    +606,04 (+1,20 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 475,04
    +46,11 (+3,23 %)
     
  • Pétrole WTI

    68,06
    -1,89 (-2,70 %)
     
  • DAX

    15 113,41
    -167,45 (-1,10 %)
     
  • FTSE 100

    7 057,63
    -52,32 (-0,74 %)
     
  • Nasdaq

    15 782,83
    +291,18 (+1,88 %)
     
  • S&P 500

    4 655,27
    +60,65 (+1,32 %)
     
  • Nikkei 225

    27 821,76
    -462,16 (-1,63 %)
     
  • HANG SENG

    23 475,26
    -376,98 (-1,58 %)
     
  • GBP/USD

    1,3333
    +0,0021 (+0,16 %)
     

Emmanuel Macron ne nommera pas Alfred Dreyfus général

·1 min de lecture
Le président a affirmé qu'il était favorable à une telle promotion posthume à titre personnel, mais qu'il ne souhaitait pas créer de précédent.

Le président a affirmé qu’il était favorable à une telle promotion posthume à titre personnel, mais qu’il ne souhaitait pas créer de précédent.

Alfred Dreyfus pourrait-il, à titre posthume, être nommé général ? La question a été posée à Emmanuel Macron, mardi 26 octobre au soir, lors de la première édition du dîner du Cercle Charles-Gide une réunion annuelle de personnalités protestantes sur le modèle du dîner du Crif. Interrogé par le grand rabbin de France, Haim Korsia, le président de la République a fait une réponse de normand.

Une telle décision, toute symbolique qu'elle soit, créerait selon Emmanuel Macron un précédent dangereux. « Appartient-il au président de la République de faire de Dreyfus un général, aujourd'hui ? Ma réponse de principe serait non », a-t-il déclaré. « Pour une première raison, qui serait d'éviter les ennuis », a-t-il souri. « Pour une deuxième, plus profonde, qui est qu'on ouvrirait alors une possibilité au président de la République de restaurer ou dégrader quiconque en fonction des temps. Parce que j'aurais demain des demandes de tel ou tel pour dégrader des généraux qui ont participé à la colonisation ou à telle ou telle guerre. »

À LIRE AUSSI Décolonialisme : une « pensée » en douze points

« Le grand risque, c'est de revisiter la hiérarchie militaire ou l'histoire, avec le regard d'aujourd'hui », a poursuivi le chef de l'État, au cours d'une séance de questions-réponses avec la salle.

« In pectore »

« Mais la difficulté avec le cas Dreyfus, c'est que vous appuyez votre propos sur une réalité irréfutable qui est de reconstituer la carrière qu'on a suspendue », a-t-il dit [...] Lire la suite

VIDÉO - Fabrice Éboué révèle avoir un point commun avec Emmanuel Macron :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles