Publicité
Marchés français ouverture 3 h 47 min
  • Dow Jones

    39 065,26
    -605,78 (-1,53 %)
     
  • Nasdaq

    16 736,03
    -65,51 (-0,39 %)
     
  • Nikkei 225

    38 649,15
    -454,07 (-1,16 %)
     
  • EUR/USD

    1,0812
    -0,0006 (-0,05 %)
     
  • HANG SENG

    18 626,46
    -242,25 (-1,28 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 831,81
    -1 402,53 (-2,18 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 473,59
    -29,07 (-1,94 %)
     
  • S&P 500

    5 267,84
    -39,17 (-0,74 %)
     

Emmanuel Macron annonce vouloir faire "évacuer dans les meilleurs délais" les Français à Gaza

Le président Emmanuel Macron a annoncé, à l'issue d'un sommet européen à Bruxelles ce vendredi 27 octobre 2023, vouloir évacuer "dans les meilleurs délais" 170 personnes, Français et ayants-droit, se trouvant dans la bande de Gaza, assiégée et bombardée par Israël.

"Nous souhaitons les évacuer dans les meilleurs délais. C'est ce qu'on est en train d'organiser avec à la fois les autorités palestiniennes et l'Égypte. Et c'est ce que plusieurs autres pays européens souhaitent faire en coordination avec nous", a-t-il déclaré, sans donner plus de détail sur la logistique de cette opération.

Parmi ces personnes, des ressortissants français, des binationaux, des humanitaires et aussi des employés de l'Institut français à Gaza, selon France info.

Appel à une "trêve humanitaire"

Le chef de l'État a par ailleurs appelé en faveur d'une "trêve humanitaire" dans le conflit opposant Israël et le Hamas, afin d'"organiser la protection" des populations civiles dans la bande de Gaza, à l'issue d'un sommet européen à Bruxelles.

PUBLICITÉ

"Une trêve humanitaire est aujourd'hui utile pour pouvoir protéger ceux qui sont sur le terrain, qui ont subi des bombardements", a-t-il estimé.

"Nous reconnaissons totalement le droit et la volonté légitime de lutter contre le terrorisme. Nous sommes prêts à y apporter notre aide. Mais nous considérons que le blocus complet, le bombardement indifférencié et plus encore la perspective d'une opération massive terrestre ne sont pas de nature à protéger comme il se doit les populations civiles"

Article original publié sur BFMTV.com