Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 346,15
    +35,38 (+0,48 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 418,51
    +36,04 (+0,82 %)
     
  • Dow Jones

    36 228,73
    +277,84 (+0,77 %)
     
  • EUR/USD

    1,0880
    -0,0013 (-0,12 %)
     
  • Gold future

    2 090,00
    +32,80 (+1,59 %)
     
  • Bitcoin EUR

    35 655,94
    +943,73 (+2,72 %)
     
  • CMC Crypto 200

    801,37
    +9,81 (+1,24 %)
     
  • Pétrole WTI

    74,29
    -1,67 (-2,20 %)
     
  • DAX

    16 397,52
    +182,09 (+1,12 %)
     
  • FTSE 100

    7 529,35
    +75,60 (+1,01 %)
     
  • Nasdaq

    14 287,64
    +61,42 (+0,43 %)
     
  • S&P 500

    4 591,15
    +23,35 (+0,51 %)
     
  • Nikkei 225

    33 431,51
    -55,38 (-0,17 %)
     
  • HANG SENG

    16 830,30
    -212,58 (-1,25 %)
     
  • GBP/USD

    1,2704
    +0,0077 (+0,61 %)
     

Emmanuel Macron à Tel-Aviv : "Israël et la France sont liés par le deuil"

Dès son arrivée, à l'aéroport de Tel-Aviv, le président français a rencontré des familles de Français ou Franco-israéliens tués, disparus ou retenus otages dans la bande de Gaza.

Au moins trente Français ont été tués, dans cette attaque, inédite par sa violence et son ampleur depuis la fondation de l'Etat d'Israël en 1948. C'est aussi pour la France le plus lourd bilan dans un attentat depuis celui du 14 juillet 2016 à Nice (86 morts).

Parmi les familles, celle de Mia Shem, une otage franco-israélienne dont une vidéo a été diffusée la semaine dernière par le Hamas, a rencontré le président Macron, a constaté une journaliste de l'AFP.

La visite de M. Macron intervient au 18e jour de la guerre entre Israël et le Hamas, qui a fait des milliers de morts, en très grande majorité des civils.

"Nous sommes liés à Israël par le deuil. Trente de nos compatriotes ont été assassinés le 7 octobre. Neuf autres sont encore portés disparus ou retenus en otage. A Tel-Aviv, auprès de leurs familles, j'ai exprimé la solidarité de la Nation", a écrit le président français sur X (ex-Twitter).

Au cours de sa visite d'une journée, le président Macron doit plaider en faveur d'"une trêve humanitaire" qui "pourra mener à un cessez-le feu", selon l'Elysée.

Il doit aussi appeler à "préserver les populations civiles" dans la bande de Gaza, contrôlée par le Hamas, selon l'Elysée, tandis qu'Israël y a engagé des frappes aériennes massives en riposte à l'attaque du 7 octobre, avec l'objectif affiché d'"anéantir" le groupe armé.

La création d'un Etat palestinien

Au moins 5 087 Palestiniens ont été tués à Gaza dans des raids israéliens, dont 2 055 enfants, depuis le début de la guerre, d'après le gouvernement du Hamas.

Plus de 1 400 personnes ont été tuées en Israël, la plupart des civils, au premier jour de l'attaque du Hamas, selon les autorités israéliennes.

Emmanuel Macron doit rencontrer le président israélien Isaac Herzog à Jérusalem, avant de s'entretenir avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu, les chefs de l'opposition Benny Gantz et Yaïr Lapid.

Emmanuel Macron et Benjamin Netanyahu feront une déclaration devant la presse à l'issue de leur entretien à 13H00 (10H00 GMT).

Selon plusieurs médias français, il doit également se rendre à Ramallah pour voir le président palestinien Mahmoud Abbas, une information non confirmée à ce stade par l'Elysée.

Le président français entend "poursuivre la mobilisation pour éviter une escalade dangereuse dans la région", notamment entre Israël et le puissant mouvement chiite libanais Hezbollah, soutenu par l'Iran, alors que les affrontements se font quotidiens à la frontière israélo-libanaise.

Le chef de l'Etat va également proposer de relancer un "véritable processus de paix" pour la création d'un Etat palestinien, avec en contrepartie l'engagement des pays de la région pour "la sécurité d'Israël".

Il aura pour cela "vraisemblablement des échanges" avec le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, le roi de Jordanie Abdallah II, le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi et les dirigeants du Golfe, a précisé la présidence française.

La visite en Israël du chef de l'Etat intervient après celles du président américain Joe Biden, du chancelier allemand Olaf Scholz, du Premier ministre britannique Rishi Sunak et de la Première ministre italienne Giorgina Meloni.

Emmanuel Macron avait martelé qu'il effectuerait un tel voyage s'il pouvait être "utile" à la région.