Marchés français ouverture 3 h 50 min
  • Dow Jones

    31 496,30
    +572,20 (+1,85 %)
     
  • Nasdaq

    12 920,15
    +196,65 (+1,55 %)
     
  • Nikkei 225

    28 776,84
    -87,48 (-0,30 %)
     
  • EUR/USD

    1,1905
    -0,0020 (-0,17 %)
     
  • HANG SENG

    28 673,05
    -425,24 (-1,46 %)
     
  • BTC-EUR

    42 320,36
    +155,03 (+0,37 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 018,49
    +75,32 (+7,99 %)
     
  • S&P 500

    3 841,94
    +73,47 (+1,95 %)
     

Emmanuel Faber cherche à sauver son poste à la tête de Danone

·2 min de lecture

Le PDG de Danone fortement constesté par ses actionnaires, ses salariés et une partie de son conseil, multiplie les contacts influents dans l'espoir de sauver son poste.

La semaine qui commence s'annonce chargée et parsemée d'embûches pour Emmanuel Faber, le PDG de Danone. Les résultats annuels sont attendus le 19 février après un conseil d'administration et des rencontres avec les actionnaires. Le patron du groupe agroalimentaire , et les prises de parole d'actionnaires mécontents de son action : l'anglais Bluebell Capital et les américains Artisan Partners (l'un des premiers actionnaires de Danone avec 3% du capital) et Causeway Capital Management.

Ils soulignent tous que les résultats du groupe français sont très inférieurs à ceux des concurrents (Nestlé, Unilever...) et demandent la mise en place d'une "gouvernance à deux têtes" en dissociant les fonctions de président du conseil d'administration et celle de directeur général.

Ces mises en cause, soigneusement étayées et distillées, ont fini par semer le trouble au sein du conseil d'administration du groupe déjà en proie à des délibérations houleuses depuis presque un an. Plusieurs de ses membres n'apprécient plus du tout le mode de gouvernance trop solitaire d'Emmanuel Faber qui ne les avait pas informés, en priorité, de la mise en place de son dernier plan de réorganisation Local First. Ce plan consiste à fusionner dans chaque pays les équipes des trois métiers du groupe (produits laitiers, eaux, nutrition spécialisée). Cette réorganisation, , dont un tiers des postes au siège du groupe, provoque un véritable traumatisme parmi ses salariés, comme l'atteste la dernière étude d'opinion interne "Pulse Survey, Stay Strong, Stay Safe", diligentée par la direction en janvier et que Challenges s'est procurée.

Lire aussi

Contesté sur plusieurs fronts et alors qu'il doit présenter cette semaine à son conseil, aux actionnaires et aux analystes, avec des résultats annuels que personne n'espère mirobolants, Emmanuel Faber a multiplié les contacts ces derniers jours. Ce n'est pas dans la nature de ce grand solitaire, qui préfère se ressourcer auprès de sa famille, en travaillant un morceau[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi