La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,14
    +96,81 (+1,54 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 017,44
    +64,99 (+1,64 %)
     
  • Dow Jones

    34 382,13
    +360,68 (+1,06 %)
     
  • EUR/USD

    1,2146
    +0,0062 (+0,51 %)
     
  • Gold future

    1 844,00
    +20,00 (+1,10 %)
     
  • BTC-EUR

    38 805,73
    -2 693,59 (-6,49 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,33
    +39,77 (+2,93 %)
     
  • Pétrole WTI

    65,51
    +1,69 (+2,65 %)
     
  • DAX

    15 416,64
    +216,96 (+1,43 %)
     
  • FTSE 100

    7 043,61
    +80,28 (+1,15 %)
     
  • Nasdaq

    13 429,98
    +304,99 (+2,32 %)
     
  • S&P 500

    4 173,85
    +61,35 (+1,49 %)
     
  • Nikkei 225

    28 084,47
    +636,46 (+2,32 %)
     
  • HANG SENG

    28 027,57
    +308,90 (+1,11 %)
     
  • GBP/USD

    1,4102
    +0,0050 (+0,36 %)
     

Emmaüs, l'association qui a pensé à la "seconde main" avant tous les autres

·1 min de lecture

Derrière le succès du boncoin, de Vinted et de toutes les entreprises qui se mettent à faire de la seconde main, il y a un principe qui ne date pas d'hier : la fameuse "récup". Bien avant tous ces sites et plateformes numériques, l'un des pionniers en la matière en France fut le mouvement Emmaüs, créé par l'abbé Pierre en 1949. Europe 1 retrace l'histoire de ce projet humaniste, qui vise à offrir une seconde chance aux hommes, et une seconde vie aux objets.

>> Retrouvez toutes les émissions de La France bouge de 13h à 14h sur Europe 1 ainsi qu’en replay et en podcast ici

"La chine et la biffe, l'apanage des plus pauvres"

Tout commence donc dans l'après-guerre. "L'abbé Pierre commence à accueillir des personnes qui sont en grande difficulté, à la rue", raconte Valérie Fayard, directrice générale adjointe d'Emmaüs France. Cela se passe dans une auberge de jeunesse, qui deviendra la première communauté Emmaüs, à Neuilly-Plaisance, en banlieue parisienne. "Au départ, il a les ressources de son allocation de député. Puis son mandat s'arrête et il se retrouve alors sans ressources."

Comment, alors, financer cette communauté ? "Il commence à aller faire la manche. Et les premiers compagnons qui l'accompagnent lui disent : 'Mais tu ne peux pas faire la manche, ça n'est pas possible. On va trouver un autre moyen.' Et l'autre moyen, c'est la récupération des matières, à l'époque du carton ou de la ferraille", poursuit la responsable. "C'est ce qu'on appelle la chine et la biffe :...


Lire la suite sur Europe1