La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 073,35
    +190,02 (+3,23 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 533,17
    +96,88 (+2,82 %)
     
  • Dow Jones

    31 500,68
    +823,32 (+2,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,0559
    +0,0034 (+0,33 %)
     
  • Gold future

    1 828,10
    -1,70 (-0,09 %)
     
  • BTC-EUR

    19 923,24
    -193,66 (-0,96 %)
     
  • CMC Crypto 200

    462,12
    +8,22 (+1,81 %)
     
  • Pétrole WTI

    107,06
    +2,79 (+2,68 %)
     
  • DAX

    13 118,13
    +205,54 (+1,59 %)
     
  • FTSE 100

    7 208,81
    +188,36 (+2,68 %)
     
  • Nasdaq

    11 607,62
    +375,43 (+3,34 %)
     
  • S&P 500

    3 911,74
    +116,01 (+3,06 %)
     
  • Nikkei 225

    26 491,97
    +320,72 (+1,23 %)
     
  • HANG SENG

    21 719,06
    +445,19 (+2,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,2270
    +0,0009 (+0,07 %)
     

« Elvis » : Comment Austin Butler a été exploité par Tom Hanks avant de devenir le King

Warner Bros France

BIOPIC - Les rapports entre le King et son manager sont passés au crible dans « Elvis » de Baz Lhurmann au cinéma ce mercredi

On en apprend de belles sur le King et son manager dans Elvis de Baz Luhrmann, découvert à Cannes hors compétition ! Ou plus précisément comment Elvis Presley (1935-1977) est tombé sous la coupe du colonel Parker, agent cupide mystérieux qui l’a placé sur le devant de la scène avant de l’exploiter éhontément.

Tom Hanks, toujours aussi convaincant, incarne ce personnage retors prêt à sacrifier les intérêts de son poulain sur l’autel de son propre profit. « C’était à la fois un génie et une crapule, explique l’acteur dans le dossier de presse. C’était un type très discipliné mais il valait mieux recompter ses billets dans son portefeuille après l’avoir croisé. »

Une bombe sexuelle

Austin Butler, qui joue le rockeur de 17 à 42 ans, lui donne la réplique de façon remarquable et c’est leur duo qui passionne pour ce biopic flamboyant. Le film lève le voile sur leurs rapports qui n’avaient rien d’un long fleuve tranquille tout en évoquant l’évolution des mœurs en Amérique entre le milieu des années 1950 et la fin des années 1970. Quand on le voit vieillissant, il est difficile d’imaginer qu’Elvis a été une bombe sexuelle qui mettait les spectatrices en transes au point de déclencher l’indignation de politiciens puritains et de ligues de vertu.

On découvre notamment que le manager a envoyé (...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Festival d'Annecy: Netflix multiplie les annonces de projets alléchants
Festival d'Annecy : Joe Dante remonte à l'origine des Gremlins dans une série très amusante
« Le mariage n’est pas une prison, c’est un choix », affirme Julie Gayet

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles