Marchés français ouverture 6 h 22 min
  • Dow Jones

    32 223,42
    +26,76 (+0,08 %)
     
  • Nasdaq

    11 662,79
    -142,21 (-1,20 %)
     
  • Nikkei 225

    26 560,04
    +12,99 (+0,05 %)
     
  • EUR/USD

    1,0450
    +0,0012 (+0,11 %)
     
  • HANG SENG

    19 950,21
    +51,44 (+0,26 %)
     
  • BTC-EUR

    28 710,20
    -1 240,65 (-4,14 %)
     
  • CMC Crypto 200

    671,85
    +429,17 (+176,85 %)
     
  • S&P 500

    4 008,01
    -15,88 (-0,39 %)
     

Offre de rachat suspendue: Elon Musk "toujours engagé" à racheter Twitter

Elon Musk a assuré ce vendredi 13 mai être "toujours engagé" à racheter Twitter. Cette précision fait suite à l'annonce ce matin de la suspension de son offre. Le cours de l'action de la plateforme s'était alors effondré.

Le patron-milliardaire de Tesla a assuré ce vendredi 13 mai être "toujours engagé" à racheter Twitter après avoir indiqué suspendre son acquisition du réseau social dans l'attente de détails sur le nombre de faux comptes existant sur la plateforme. L'action de Twitter, qui avait plongé d'environ 20% à la suite de l'annonce de la suspension, limitait quelque peu ses pertes mais perdait environ 11% dans les échanges électroniques précédant l'ouverture de Wall Street.

L'offre de rachat qu'Elon Musk avait formulée le mercredi 13 avril, était résolument hostile. Le patron de Tesla avait soumis sa "meilleure et dernière offre", à 43 milliards, au gendarme de la bourse américain (SEC). Déjà propriétaire de Space X et de NeuraLink, Elon Musk possédait alors 9,2% de Twitter depuis le début du mois d’avril. Cette opération devait lui permettre et faire sienne la plateforme pour défendre sa "liberté d’expression".

Sa démarche rappelait celle de Donald Trump, qui lui aussi se plaît à prendre le pouvoir sur les réseaux pour s’y exprimer sans modération. Les deux milliardaires, dont le premier se dit libertarien, partagent la même relation paradoxale avec le réseau social fondé par Jack Dorsey. En janvier 2021, après l’attaque menée par ses supporters contre le Capitole. Un an plus tard, le président ripostait et créait sa propre plateforme, , "pour résister à la tyrannie des géants de la technologie".

OPA hostile pour préserver "l'impératif social" du réseau social

Après en avoir un moment caressé l’idée, Elon Musk avait finalement renoncé à lancer son propre réseau social. S'il faisait allusion à un mystérieux "plan B" en cas d’échec de l’opération, le milliardaire semblait déterminé à monter au capital de Twitter et à sortir le pied de biche, s'il le fallait, pour mettre le pied au conseil de l'entreprise. Il s'était défendu, dans , de vouloir exercer le moindre chantage sur la société et avance son intérêt pour la c[...]

Lire la suite sur challenges.fr

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles