La bourse est fermée
  • Dow Jones

    31 270,09
    -121,43 (-0,39 %)
     
  • Nasdaq

    12 997,75
    -361,04 (-2,70 %)
     
  • Nikkei 225

    29 559,10
    +150,93 (+0,51 %)
     
  • EUR/USD

    1,2069
    -0,0019 (-0,16 %)
     
  • HANG SENG

    29 880,42
    +784,56 (+2,70 %)
     
  • BTC-EUR

    42 193,39
    +2 461,50 (+6,20 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 018,45
    +30,35 (+3,07 %)
     
  • S&P 500

    3 819,72
    -50,57 (-1,31 %)
     

Elisabeth Moreno, l'atout diversité du président

·2 min de lecture

PORTRAIT - Pur produit de la méritocratie, la remplaçante de Marlène Schiappa à l’Egalité femmes-hommes, à la Diversité et à l’Egalité des chances est restée discrète jusqu'à maintenant. Portrait de celle qui est en première ligne dans la lutte contre les discriminations.

L’atout d’Emmanuel Macron sur le sujet de l’égalité des chances a pour nom Elisabeth Moreno. Le président de la République l’avait choisie pour élaborer la plateforme de lutte contre les discriminations promise , début décembre. "Aujourd'hui, quand on a une couleur de peau qui n'est pas blanche, on est beaucoup plus contrôlé (…) On est identifié comme un facteur de problèmes et c'est insoutenable", avait-il alors déclaré après l’affaire Michel Zecler, ce producteur de musique noir tabassé par des policiers.

Lancée ce vendredi 12 février, la plateforme anti-discriminations, qui prend la forme d’un numéro d’appel unique, le 3928, met en lumière la ministre déléguée chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes, la diversité et l’égalité des chances. Un ministère très vaste pour cette femme peu connue du grand public. Issue de l’immigration et des quartiers difficiles, elle s’est frayé un chemin dans le monde de l’entreprise jusqu’aux postes les plus élevés, avant d’être nommée au gouvernement, où elle apprend son nouveau métier en se rendant le plus souvent possible sur le terrain.

A l'OM, coup de projecteur sur les violences conjugales

"Quel est votre message pour les entrepreneurs des quartiers difficiles"? Au Stade Vélodrome de Marseille, où plusieurs responsables associatifs lui présentent leur action en lien avec la fondation de l’OM, Elisabeth Moreno écoute avec attention, pose des questions, prend des notes. C’est par ce lieu emblématique qu’elle a voulu démarrer sa visite dans la cité phocéenne, les 21 et 22 janvier. Quelques semaines plus tôt, elle avait été frappée par le témoignage du président du club, Jacques-Henri Eyraud, lors d’une vidéoconférence sur les violences conjugales à laquelle participait une dizaine de chefs d’entreprise.

Ce jour-là, le patron de l’OM avait raconté avoir pris conscience de l’ampleur du phénomène après avoir été interpellé par un médecin du Samu: "Monsieur Eyraud, c’est important que votre équipe gagne ses matchs parce[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi