La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 553,86
    +9,19 (+0,14 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 776,81
    +19,76 (+0,53 %)
     
  • Dow Jones

    33 761,05
    +424,35 (+1,27 %)
     
  • EUR/USD

    1,0263
    -0,0063 (-0,61 %)
     
  • Gold future

    1 818,90
    +3,40 (+0,19 %)
     
  • BTC-EUR

    23 698,29
    -325,63 (-1,36 %)
     
  • CMC Crypto 200

    574,64
    +3,36 (+0,59 %)
     
  • Pétrole WTI

    91,88
    -0,21 (-0,23 %)
     
  • DAX

    13 795,85
    +101,35 (+0,74 %)
     
  • FTSE 100

    7 500,89
    +34,98 (+0,47 %)
     
  • Nasdaq

    13 047,19
    +267,29 (+2,09 %)
     
  • S&P 500

    4 280,15
    +72,88 (+1,73 %)
     
  • Nikkei 225

    28 546,98
    +727,68 (+2,62 %)
     
  • HANG SENG

    20 175,62
    +93,22 (+0,46 %)
     
  • GBP/USD

    1,2132
    -0,0071 (-0,58 %)
     

Elior : objectifs confirmés !

Le spécialiste de la restauration collective retrouve des saveurs. Au troisième trimestre de son exercice décalé (avril à juin), son chiffre d’affaires s’est inscrit à 1,2 milliard d’euros, en hausse de 25% à données comparables. Elior a bénéficié d’une bonne dynamique commerciale, alors que d’importants contrats ont été signés et renouvelés sur la période. Au total, sur les neuf premiers mois de l’année, les facturations sont ressorties à 3,4 milliards d’euros, en hausse de 20,3%. Une performance largement portée par la branche Entreprises (+40,2%). Les pôles Enseignement et Santé ont, quant à eux, respectivement progressé de 16,5% et de 2,5%. Fort de ce constat, le groupe a confirmé viser pour l'ensemble de l'exercice une croissance de l’activité «d’au moins» 16% et un excédent brut d’exploitation (Ebita) ajusté «autour de l’équilibre». De quoi ravir les investisseurs : le titre bondit de 19% mercredi, en fin de matinée, signant la plus forte hausse du SBF 120. Inflation, télétravail… Elior fait face à de nombreux défis. Mais son plan de redressement est prometteur. Le spécialiste de la restauration collective prévoit une renégociation des grilles tarifaires, le lancement de nouvelles offres, un contrôle plus strict des coûts opérationnels, ainsi que le réexamen systématique du portefeuille de contrats. Elior s’emploie également à couper ses foyers de perte. Son objectif : retrouver ses niveaux d'avant-crise. Les dirigeants visent une croissance interne annuelle moyenne d'«au moins» 7% (contre 7% auparavant) sur les deux prochaines années et une marge d’Ebita d’environ 4% en 2023-2024, exercice au titre duquel le groupe entend reprendre sa politique de distribution de dividendes. Mais face à un contexte perturbé, il est encore prématuré de se montrer offensif sur le titre. Conservez [Elior]. Cliquez ici pour lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles