La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 703,22
    -80,67 (-1,39 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 636,44
    -48,84 (-1,33 %)
     
  • Dow Jones

    31 017,77
    -384,24 (-1,22 %)
     
  • EUR/USD

    1,2088
    -0,0099 (-0,81 %)
     
  • Gold future

    1 727,70
    -47,70 (-2,69 %)
     
  • BTC-EUR

    39 084,68
    -2 546,36 (-6,12 %)
     
  • CMC Crypto 200

    947,33
    +14,20 (+1,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    61,64
    -1,89 (-2,97 %)
     
  • DAX

    13 786,29
    -93,04 (-0,67 %)
     
  • FTSE 100

    6 483,43
    -168,53 (-2,53 %)
     
  • Nasdaq

    13 219,18
    +99,75 (+0,76 %)
     
  • S&P 500

    3 822,87
    -6,47 (-0,17 %)
     
  • Nikkei 225

    28 966,01
    -1 202,26 (-3,99 %)
     
  • HANG SENG

    28 980,21
    -1 093,96 (-3,64 %)
     
  • GBP/USD

    1,3952
    -0,0061 (-0,43 %)
     

Elements Casino Flamboro met les travailleurs en lock-out et s’attaque aux assurances sociaux

·3 min de lecture

Elements Casino Flamboro a mis en lock-out ses agents de sécurité syndiqués dans une tentative honteuse de réduire les congés de maladie payés et d'affaiblir les conditions de travail, affirme le Syndicat des Métallos. Le casino a imposé le lock-out jeudi.

« C'est une attaque honteuse contre les travailleurs et les familles qui souffrent déjà des effets de la pandémie », a déclaré Marty Warren, directeur ontarien du Syndicat des Métallos.

« Cette entreprise exploite délibérément les bouleversements causés par la pandémie. Elle provoque un conflit de travail pour tenter d'imposer aux travailleurs des réductions des congés de maladie et d'autres avantages sociaux », a poursuivi Marty Warren.

« Ce n'est que le dernier exemple des effets catastrophiques de la privatisation des casinos en Ontario mise en œuvre par le gouvernement provincial ».

Elements Casino Flamboro est l'un des 11 casinos ontariens rachetés par la Great Canadian Gaming Corporation dans le cadre du programme de privatisation mis en œuvre par le gouvernement provincial en 2018.

Suite au rachat de la Great Canadian Gaming Corporation, les agents de sécurité du casino Flamboro ont décidé qu'ils avaient besoin d'un syndicat, et ont voté pour se joindre au Syndicat des Métallos en mars 2019. Cela fait près de deux ans maintenant que les agents de sécurité cherchent à négocier leur première convention collective mais ils doivent faire face à des demandes de concessions de la part de Great Canadian Gaming. Les travailleurs n'ont pas reçu d'augmentation de salaire depuis 2018.

Les agents de sécurité mettent en place des piquets de grève devant le casino Flamboro et les Métallos apporteront tout le soutien nécessaire aux travailleurs en lock-out jusqu'à ce qu'ils obtiennent un contrat équitable.

« Nous sommes témoins des conséquences révoltantes entraînées par la privatisation des casinos des sociétés insatiables qui tentent de faire de plus grands profits en supprimant des emplois et en s'attaquant aux salaires et acquis modestes des travailleurs », a soutenu Marty Warren.

« Notre gouvernement, qui prétend "travailler pour la population", devrait agir pour défendre les travailleurs et leurs familles. Il ne devrait pas soutenir un modèle économique qui semble basé sur une plus grande ponction d'argent au sein de la communauté, au détriment des familles de travailleurs et de l'économie locale ».

Du fait de la fermeture temporaire du casino Flamboro en raison de restrictions liées à la pandémie, la décision de l'entreprise de mettre les travailleurs en lock-out plutôt que de chercher à reprendre les négociations sur un contrat équitable est particulièrement honteuse, a fair valoir Marty Warren.

Entre-temps, la Commission des relations de travail de l'Ontario a prévu une audience le 15 avril concernant une plainte pour pratique déloyale de travail déposée par les Métallos, alléguant que l’entreprise a modifié les conditions de travail de manière illégale après l'adhésion des agents de sécurité au syndicat.

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Consultez la version source sur businesswire.com : https://www.businesswire.com/news/home/20210220005024/fr/

Contacts

Marty Warren, directeur du Syndicat des Métallos pour l'Ontario et le Canada atlantique, 416 243-8792
Shannon Devine, responsable des communications, 416-894-7118, sdevine@usw.ca