Marchés français ouverture 6 h 15 min
  • Dow Jones

    29 591,27
    +327,79 (+1,12 %)
     
  • Nasdaq

    11 880,63
    +25,66 (+0,22 %)
     
  • Nikkei 225

    26 180,05
    +652,68 (+2,56 %)
     
  • EUR/USD

    1,1847
    +0,0001 (+0,01 %)
     
  • HANG SENG

    26 517,53
    +31,33 (+0,12 %)
     
  • BTC-EUR

    15 597,90
    +179,09 (+1,16 %)
     
  • CMC Crypto 200

    369,72
    +8,29 (+2,29 %)
     
  • S&P 500

    3 577,59
    +20,05 (+0,56 %)
     

Electricité: attention à un mois de février "difficile", selon RTE

·2 min de lecture

La France pourrait connaître des difficultés d'approvisionnement électrique en cas de vague de froid au mois de février, la crise sanitaire ayant perturbé la maintenance des réacteurs nucléaires, a mis en garde le gestionnaire du réseau jeudi.

La situation pour l'hiver est celle d'un "mois de décembre plus serein que prévu, un mois de janvier normalement tendu en cette période statistiquement la plus froide de l'année, et enfin un mois de février difficile", a détaillé le président de RTE Xavier Piechaczyk, lors d'une conférence de presse.

Pour cet hiver, RTE a prévenu depuis longtemps que la "vigilance" serait de mise, ce qui a été confirmé jeudi.

En cause: la pandémie de Covid-19 qui a bousculé le planning de maintenance des réacteurs nucléaires au printemps, au moment où sont habituellement effectués ces travaux en prévision de l'hiver. La question est particulièrement sensible pour la France, dont la production électrique est à 70% nucléaire.

EDF est finalement parvenu à réorganiser ces arrêts et a économisé du combustible pendant l'été afin de conserver des capacités de production pour la saison froide.

Mais certains réacteurs devront bien finir par être arrêtés: ils devraient être 13 à ne pas produire sur les 56 du parc fin février, contre deux à quatre les années précédentes. Il y aura alors environ 10 gigawatts de disponibles en moins par rapport à fin janvier.

En outre, des incertitudes demeurent sur le moment du redémarrage des deux réacteurs de la centrale de Flamanville (Manche) actuellement à l'arrêt.

"En février, compte tenu de la réduction du parc de production, le risque est accru par rapport aux années précédentes", a souligné M. Piechaczyk.

"Ce qui poserait problème serait une vague de froid durable, particulièrement intense, ou alors une vague de froid combinée à d'autres facteurs défavorables comme une absence de vent", a-t-il ajouté.

La France a aussi arrêté cette année les deux réacteurs de la centrale de Fessenheim (Haut-Rhin), une décision po[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi