Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 167,50
    -20,99 (-0,26 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 064,14
    -8,31 (-0,16 %)
     
  • Dow Jones

    40 003,59
    +134,21 (+0,34 %)
     
  • EUR/USD

    1,0872
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • Gold future

    2 419,80
    +34,30 (+1,44 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 613,77
    +37,69 (+0,06 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 371,18
    -2,66 (-0,19 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,00
    +0,77 (+0,97 %)
     
  • DAX

    18 704,42
    -34,39 (-0,18 %)
     
  • FTSE 100

    8 420,26
    -18,39 (-0,22 %)
     
  • Nasdaq

    16 685,97
    -12,35 (-0,07 %)
     
  • S&P 500

    5 303,27
    +6,17 (+0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    38 787,38
    -132,88 (-0,34 %)
     
  • HANG SENG

    19 553,61
    +177,08 (+0,91 %)
     
  • GBP/USD

    1,2706
    +0,0035 (+0,28 %)
     

Élections en Turquie : Erdogan devant mais sous la barre des 50%, un second tour se profile

Plus de 12 heures après la fermeture des bureaux de vote, les résultats définitifs ne sont pas encore connus. Recep Tayyip Erdogan est en tête selon les derniers chiffres de la Commission électorale turque. Sur 99% des bulletins ouverts, le président sortant réunit 49,42% des voix. Son opposant, Kemal Kilicdaroglu, est cinq points derrière (44,95%).

Pas tout à fait une victoire, mais certainement pas une défaite pour Erdogan, qui s'est affirmé convaincu "de servir encore son pays pendant cinq ans". Même confiance affichée par son rival, qui a promis à son camp qu'il allait "absolument gagner au second tour", faisant valoir "le besoin de changement dans la société".

Au soir d'une élection qui a vu une mobilisation sans précédent de l'électorat, le "reis" de 69 ans affirme être "clairement en tête" de la présidentielle, mais prêt à "respecter" un second tour s'il est nécessaire. C'est la première fois que le chef de l'Etat serait contraint à se présenter une deuxième fois devant les électeurs faute d'avoir réuni 50% des voix.

En cas de confirmation d'un second tour, le candidat ultranationaliste Sinan Ogan, avec 5% des voix, devrait être le faiseur de roi. Anti-kurde et opposé à la présence de migrants en Turquie, il devrait être en mesure d'influer sur la campagne à venir.