La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 287,07
    +52,93 (+0,85 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 032,99
    +39,56 (+0,99 %)
     
  • Dow Jones

    34 200,67
    +164,68 (+0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,1980
    +0,0004 (+0,04 %)
     
  • Gold future

    1 777,30
    +10,50 (+0,59 %)
     
  • BTC-EUR

    47 500,54
    -4 788,25 (-9,16 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,97
    +7,26 (+0,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,07
    -0,39 (-0,61 %)
     
  • DAX

    15 459,75
    +204,42 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 019,53
    +36,03 (+0,52 %)
     
  • Nasdaq

    14 052,34
    +13,58 (+0,10 %)
     
  • S&P 500

    4 185,47
    +15,05 (+0,36 %)
     
  • Nikkei 225

    29 683,37
    +40,68 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    28 969,71
    +176,57 (+0,61 %)
     
  • GBP/USD

    1,3840
    +0,0056 (+0,41 %)
     

Elections syndicales des TPE: le combat des assistants des députés

·2 min de lecture

Les 2.000 collaborateurs des députés pourront finalement voter aux élections syndicales des TPE. Mais leur statut social reste plus que précaire.

Nos parlementaires sont-ils à la tête de petites entreprises? La réponse est oui. Pas si évident, pourtant, à écouter Joseph Thouvenel, le président de la CFTC-Paris, qui s’est battu pour que les 2.000 collaborateurs de nos députés puissent – s – voter jusqu’au 6 avril afin d’avoir des représentants syndicaux. Il aura fallu que la CFTC menace de faire annuler l’ensemble du scrutin. "Nous avons eu la confirmation le 18 mars qu’ils pourraient voter, nous raconte Thouvenel. Ils avaient tout simplement été oubliés, les services de la Direction générale du travail et de l’Assemblée nationale se renvoyant la responsabilité de ce couac."

"Problème administratif"

Le "problème administratif" que ses interlocuteurs qualifiaient de "légalement insolvable" a été réglé en quelques heures après la parution d’un communiqué relayé par et l’AFP. Gonzague de Chantérac, qui a été assistant parlementaire de deux députés LR, Yannick Moreau, puis Constance Le Grip, fait partie de ces "collaborateurs" pour qui l'Assemblée nationale est un lieu de "bricolage social". Relais de la CFTC au sein de cette communauté- à ne pas confondre avec celle des fonctionnaires de l'Assemblée nationale-, il se réjouit qu'une solution ait été trouvée comme lors du précédent scrutin, il y a quatre ans.

Pas de convention collective

Même si la représentation syndicale des 2.000 collaborateurs ne se fera pas en fonction de leurs votes, mais sera la simple transposition des résultats nationaux. Le prochain combat à mener, selon lui, est la "portabilité de l'ancienneté": quand un assistant change de députés, son ancienneté et son expérience n'est pas prise en compte. Et ce alors que leurs contrats de travail comportent "une clause de loyauté et de confiance" qui permet à leurs employeurs, les parlementaires, de mettre fin à leurs fonctions quand bon leur semble. Que prévoit la convention collective? Rien. Et pour cause, puisque qu'il n'en existe pas, pas plus d'ailleurs que d'instance représentative. Ils sont d[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi