Marchés français ouverture 1 h 26 min
  • Dow Jones

    34 269,16
    -473,66 (-1,36 %)
     
  • Nasdaq

    13 389,43
    -12,43 (-0,09 %)
     
  • Nikkei 225

    28 183,05
    -425,54 (-1,49 %)
     
  • EUR/USD

    1,2132
    -0,0021 (-0,17 %)
     
  • HANG SENG

    28 038,82
    +25,01 (+0,09 %)
     
  • BTC-EUR

    47 324,55
    +1 687,13 (+3,70 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 556,37
    +1 313,69 (+541,33 %)
     
  • S&P 500

    4 152,10
    -36,33 (-0,87 %)
     

Elections régionales : on vous explique la polémique autour du maintien du scrutin

franceinfo
·1 min de lecture

L'incertitude plane autour du maintien des élections départementales et régionales des 13 et 20 juin. Alors que les partis politiques et les associations d'élus s'étaient tous prononcés, début avril, en faveur d'un maintien en juin, les partisans d'un report sont de plus en plus nombreux et expliquent que la situation sanitaire ne permet pas d'organiser ces élections dans de bonnes conditions. Le gouvernement a lancé une grande consultation auprès des 35 000 maires de France, dont le résultat est attendu lundi 12 avril, à la veille d'un premier débat à l'Assemblée nationale sur la tenue des scrutins départementaux et régionaux.

Pourquoi le maintien des élections n'est-il pas encore acquis ?

La consultation lancée par le gouvernement, vendredi, auprès des 35 000 maires de France, a relancé le débat autour du maintien des élections départementales et régionales les 13 et 20 juin. Dans un courrier adressé aux préfets, l'exécutif demande aux maires "d'indiquer par oui ou par non si les conditions préconisées par le comité scientifique (leur) semblent réunies pour maintenir" les élections, dont un premier report de mars à juin avait déjà été acté en raison de l'épidémie de Covid-19. Les maires ont eu jusqu'à ce lundi midi pour répondre à une consultation décisive, alors que le maintien des élections semblait acquis il y a quelques jours.

Le 1er avril, Jean Castex avait indiqué que le gouvernement privilégiait "clairement le scénario de leur maintien". Les partis politiques et (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi