Marchés français ouverture 4 h 15 min
  • Dow Jones

    33 815,90
    -321,41 (-0,94 %)
     
  • Nasdaq

    13 818,41
    -131,81 (-0,94 %)
     
  • Nikkei 225

    28 978,79
    -209,38 (-0,72 %)
     
  • EUR/USD

    1,2026
    +0,0009 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    29 004,52
    +249,18 (+0,87 %)
     
  • BTC-EUR

    41 144,43
    -4 392,31 (-9,65 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 113,10
    -129,95 (-10,45 %)
     
  • S&P 500

    4 134,98
    -38,44 (-0,92 %)
     

Elections en Israël: le suspense continue entre pro et anti Netanyahou

·2 min de lecture

Pour ce quatrième scrutin en deux ans, les Israéliens ont moins voté. La gauche et le centre gauche ont bien résisté mais sont incapables de former un gouvernement. Benjamin Netanyahou semble, encore une fois, le plus en mesure de former une coalition grâce au soutien probable de Naftali Bennett.

Comme prévu par les sondages, les deux blocs, pro et anti Netanyahou, ne sont pas clairement départagés. n’a cessé d’osciller à proclamer la victoire de l’un ou l’autre camp. En fait, les partis contre le Premier ministre l’emportent numériquement, mais leur association ne serait pas politiquement viable. Pour le moment, compte tenu que les bulletins ne sont pas tous dépouillés, aucun camp ne semble en mesure de former une coalition de 61 députés. 61 est devenu un chiffre "magique" selon la formule de Camil Fuchs, sorte de Jérôme Jaffré israélien. Deux jours avant le vote, ce dernier soulignait que "ce n'est pas seulement le taux de participation qui sera crucial, mais quel segment de la société ira voter". Or, il y a tout de même quelques surprises même si la droite reste nettement majoritaire et même se renforce, sachant que la droite elle-même est divisée entre pro et anti-Bibi.

Lire aussi

Pour le moment, le seul résultat absolument certain est celui du taux de participation. Avec 67,2%, c’est le plus faible des quatre scrutins depuis avril 2019. Ensuite, les électeurs de gauche et de centre gauche se sont mobilisés pour sauver les partis qui étaient menacés de disparaître notamment le parti Bleu-Blanc de Benny Gantz qui aurait finalement 8 sièges et le Meretz 5. Ensuite, le parti travailliste obtiendrait 8 députés, ce qui doublerait sa présence à la Knesset. En revanche, le parti dominant "Il y a un futur" dirigé par Yaïr Lapid serait à 17 sièges, un peu en deçà des 20 annoncés par les sondages. Quant aux partis arabes, l’explosion de la liste unifiée en partie orchestrée par Netanyahou, leur a été fatale ; ils n’auraient que 11 sièges contre 15 précédemment.

Le parti clé? Yamina

A droite, le Likoud perdrait 6 sièges passant de ses actuels 36 sièges à 30, ce qui n’a pas empêché Benjamin Netanyahou de déclarer mardi soir: "Cette élection est une énorme victoire pour la droite et le Likoud sous ma direction". Cela étant dit, les opposants à Benjamin Netanyahou [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi