La bourse est fermée
  • Dow Jones

    35 659,93
    -96,95 (-0,27 %)
     
  • Nasdaq

    15 338,13
    +102,42 (+0,67 %)
     
  • Nikkei 225

    29 098,24
    -7,77 (-0,03 %)
     
  • EUR/USD

    1,1613
    +0,0011 (+0,09 %)
     
  • HANG SENG

    25 628,74
    -409,53 (-1,57 %)
     
  • BTC-EUR

    50 779,94
    -3 375,65 (-6,23 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 415,84
    -58,49 (-3,97 %)
     
  • S&P 500

    4 578,48
    +3,69 (+0,08 %)
     

Elections en Allemagne: deux femmes trans élues, une première

·4 min de lecture
Tessa Ganserer and Nyke Slawik. (Photo: Getty/Instagram)
Tessa Ganserer and Nyke Slawik. (Photo: Getty/Instagram)

HISTORIQUE - C’est une première en Allemagne. Deux femmes trans ont été élues au Bundestag, le parlement allemand, aux élections fédérales de ce dimanche 26 septembre.

Tessa Ganserer et Nyke Slawik se présentaient toutes les deux sous les couleurs de Die Grünen, le parti écologiste qui a obtenu 14,8% des voix et devrait jouer les “faiseurs de roi” pour permettre au SPD ou à la CDU d’obtenir une majorité suffisante pour gouverner, dans une coalition.

Ce résultat historique des Verts vient donc s’ajouter à l’élection historique de deux femmes trans au Bundestag. Il y a trois ans, la candidate bavaroise de Nuremberg Tessa Ganserer était déjà devenue la première députée régionale transgenre d’Allemagne en faisant son-coming-out.

“Personnellement, j’ai eu énormément de mal à me résoudre à un coming out”, racontait-elle à l’AFP il y a quelques semaines, par peur des réactions des autres partis, de l’exposition au public de sa vie privée, des dénigrements sur les réseaux sociaux, qui ne manqueraient pas d’en découler.

“Mais j’étais arrivée au bout de mes forces (...)”, se souvient-elle. “Je voulais continuer à faire de la politique, mais je devais enfin être moi-même et vivre en tant que la femme que j’ai en fait toujours été”.

Elle avait vivement critiqué au début du mois de septembre la présence de son “deadname” (prénom de naissance) sur les bulletins de vote de sa candidature aux élections générales de ce dimanche 26 septembre.

“C’est humiliant, cela me blesse car j’ai abandonné ce nom masculin, qui est tout simplement faux”, expliquait-elle à l’AFP.

Si son prénom masculin refait surface, c’est parce qu’elle n’a pas formellement modifié son identité administrative par protestation contre la complexité des démarches. La procédure est longue -elle peut durer plusieurs années-, coûteuse, -jusqu’à 2000 euros-, et tout simplement “contraire à la dignité humaine”, estime-t-elle.

Une procédure, imposée par une loi qui date des années 80, qu’elle souhaite désormais simplifier.

“Je vous remercie du fond du cœur pour la confiance témoignée par les électeurs, a écrit sur Twitter l’écologiste après son élection. Je suis toujours très émue, mais j’ai vraiment hâte de démarrer mon nouveau travail à Berlin! Mes félicitations aussi à Nyke Slawik”.

“Je n’arrive toujours pas à y croire”

Car sa collègue, également une femme trans, a elle aussi marqué l’histoire ce dimanche. Il s’agit du premier mandat de l’élue de 27 ans qui s’était déjà présentée aux législatives de 2017 et au parlement européen en 2019.

“Je suis toujours bouleversée que ma candidature ait généré un si grand écho dans les médias et je suis heureuse des nombreuses réactions positives de la communauté queer et au-delà”, a-t-elle confié à RP Online.

Membre des Verts depuis 2009, elle avait notamment été assistante de recherche au parlement de Rhénanie du Nord-Westphalie. Sur son site internet, elle dit militer pour une “une société plus diversifiée” et “une politique climatique plus courageuse”.

Dans un message publié sur Instagram dimanche soir, l’élue a écrit: “Folie! Je n’arrive toujours pas à y croire, mais avec cette victoire historique, je serai membre du Bundestag. Merci, merci, merci à toutes celles et ceux qui m’ont soutenue et qui ont voté VERT aujourd’hui”.

Les sociaux-démocrates et les conservateurs revendiquent chacun de leur côté la direction du futur gouvernement.

Dans les deux cas, ils vont devoir s’appuyer sur d’autres partis pour former une majorité, a priori les Verts et les Libéraux du FDP.

Les deux camps espèrent former un gouvernement d’ici Noël, soit juste avant le début de la présidence française de l’Union européenne qui démarre le 1er janvier et durera six mois.

A voir également sur Le HuffPost: Élections en Allemagne, les bavarois ne s’habillent pas comme vous quand ils vont voter

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles