Marchés français ouverture 1 h 24 min
  • Dow Jones

    34 269,16
    -473,66 (-1,36 %)
     
  • Nasdaq

    13 389,43
    -12,43 (-0,09 %)
     
  • Nikkei 225

    28 205,48
    -403,11 (-1,41 %)
     
  • EUR/USD

    1,2132
    -0,0021 (-0,17 %)
     
  • HANG SENG

    28 027,01
    +13,20 (+0,05 %)
     
  • BTC-EUR

    47 338,35
    +1 739,69 (+3,82 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 555,79
    +1 313,11 (+541,09 %)
     
  • S&P 500

    4 152,10
    -36,33 (-0,87 %)
     

Election présidentielle : les écologistes lancent une plateforme pour définir leur futur programme

franceinfo avec AFP
·1 min de lecture

Les cinq organisations du pôle écologiste (EELV, Générations, le Mouvement des progressistes, Cap écologie et Urgence écologie), ont présenté leur plateforme programmatique participative en vue de l'élection présidentielle de 2022, lundi 12 avril. "C'est un signe très fort car les écologistes se sont souvent entravés", s'est félicité le chef d'EELV Julien Bayou. "Là on travaille main dans la main". Cette première étape doit mener à la désignation de leur candidat à la primaire de septembre. Nommé "L'écologie 2022", ce site internet est destiné à recevoir à partir de mardi les contributions de la société civile.

Inspiré de la plateforme de la Convention citoyenne mise en place par l'exécutif, il doit accueillir des contributions jusqu'à la mi-juin, avant une pause pour les régionales et départementales. Le 12 juillet, le projet, qui concerne à la fois la présidentielle et les législatives, sera validé par le pôle écologiste. La primaire écologiste, elle, aura lieu sur deux tours en septembre, du 16 au 19 et du 25 au 28. Ceux qui veulent voter pourront s'inscrire à partir de début mai, "en payant deux euros et en signant une charte d'adhésion à nos valeurs, tandis que les candidats se présenteront à partir de début juillet jusqu'au 12 juillet", a précisé Hélène Hardy, responsable des élections chez EELV.

Cette plateforme est lancée au moment où plusieurs voix écologistes réclament un socle plus large dans la désignation du futur candidat. L'ancien candidat à la (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi