Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 167,50
    -20,99 (-0,26 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 064,14
    -8,31 (-0,16 %)
     
  • Dow Jones

    40 003,59
    +134,19 (+0,34 %)
     
  • EUR/USD

    1,0872
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • Gold future

    2 419,80
    +34,30 (+1,44 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 219,12
    -230,28 (-0,37 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 358,49
    -15,35 (-1,12 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,00
    +0,77 (+0,97 %)
     
  • DAX

    18 704,42
    -34,38 (-0,18 %)
     
  • FTSE 100

    8 420,26
    -18,39 (-0,22 %)
     
  • Nasdaq

    16 685,97
    -12,33 (-0,07 %)
     
  • S&P 500

    5 303,27
    +6,17 (+0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    38 787,38
    -132,92 (-0,34 %)
     
  • HANG SENG

    19 553,61
    +177,11 (+0,91 %)
     
  • GBP/USD

    1,2706
    +0,0035 (+0,28 %)
     

Elèves absents pour l'Aïd: l'Intérieur admet avoir demandé une "évaluation" mais pas un "fichage"

Thomas SAMSON © 2019 AFP

"Le ministère de l'Intérieur et des Outre-mer étudie régulièrement l'impact de certaines fêtes religieuses sur le fonctionnement des services publics, et notamment au sein de la sphère scolaire", assure Sonia Backès, la secrétaire de l'État chargée de la citoyenneté.

Le ministère de l'Intérieur a demandé dans certaines académies une "évaluation du taux d'absentéisme constaté à l'occasion de l'Aïd al-Fitr" mais nie tout "fichage", a affirmé ce dimanche la secrétaire de l'État chargée de la citoyenneté Sonia Backès face à l'indignation suscitée par l'initiative.

"Le ministère de l'Intérieur et des Outre-mer étudie régulièrement l'impact de certaines fêtes religieuses sur le fonctionnement des services publics, et notamment au sein de la sphère scolaire", a indiqué Sonia Backès dans un communiqué.

"C'est dans ce cadre qu'une évaluation du taux d'absentéisme constaté à l'occasion de la fête de l'Aïd al-Fitr, le 21 avril dernier, a pu être demandée, dans certaines académies, aux chefs d'établissement", indique le communiqué.

PUBLICITÉ

"Aucune donnée nominative a été ni demandée ni recensée à aucun moment", a précisé Sonia Backès qui affirme que l'initiative ne relevait pas d'une volonté de "fichage" des élèves en fonction de leur confession.

Une demande "particulièrement choquante"

Dans l'académie de Toulouse, des policiers ont demandé aux chefs d'établissements scolaires de Toulouse, par mail, de leur indiquer le nombre d'élèves absents le jour de l'Aïd al-Fitr.

Des responsables associatifs, syndicaux ou politiques se sont inquiétés de cette initiative policière, certains comme l'ancien député socialiste Jean-Christophe Cambadelis évoquant "un fichage dans l'ensemble de la ville".

La demande des policiers est "particulièrement choquante en ce qu'elle associe la pratique religieuse musulmane à une question de sécurité", a indiqué de son côté SOS Racisme, en rappelant que la demande aux établissements scolaires émanait de la direction départementale de la sécurité publique (DDSP).

Le syndicat Sud Education a de son côté dénoncé des "dérives islamophobes" dans l'administration. "Des collègues AESH et agents se sont vus refuser une autorisation d'absence", pour le jour de la fête, au contraire des enseignants, a-t-il par ailleurs indiqué.

L'Union des Mosquées de France pour sa part demandé une "enquête en bonne et due forme "Les familles doivent être dûment informées et rassurées du devenir des informations données par certains chefs d'établissements ayant, malheureusement, répondu à la sollicitation des policiers", a estimé l'Union des Mosquées de France.

La demande des policiers avait été faite directement aux établissements concernés, sans l'aval du rectorat de Toulouse. "En aucun cas nous ne menons des enquêtes de la sorte", avait déclaré à l'AFP Mostafa Fourar, recteur de l'académie.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO-Aïd-al-Fitr : les musulmans célèbrent la fin du ramadan