La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 598,18
    +31,39 (+0,56 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 527,79
    +16,85 (+0,48 %)
     
  • Dow Jones

    29 910,37
    +37,90 (+0,13 %)
     
  • EUR/USD

    1,1967
    +0,0054 (+0,45 %)
     
  • Gold future

    1 788,10
    -23,10 (-1,28 %)
     
  • BTC-EUR

    14 486,61
    +156,60 (+1,09 %)
     
  • CMC Crypto 200

    333,27
    -4,23 (-1,25 %)
     
  • Pétrole WTI

    45,53
    -0,18 (-0,39 %)
     
  • DAX

    13 335,68
    +49,11 (+0,37 %)
     
  • FTSE 100

    6 367,58
    +4,65 (+0,07 %)
     
  • Nasdaq

    12 205,85
    +111,44 (+0,92 %)
     
  • S&P 500

    3 638,35
    +8,70 (+0,24 %)
     
  • Nikkei 225

    26 644,71
    +107,40 (+0,40 %)
     
  • HANG SENG

    26 894,68
    +75,23 (+0,28 %)
     
  • GBP/USD

    1,3313
    -0,0044 (-0,33 %)
     

Dans les Ehpad, des visites sous contraintes mais qui font "chaud au cœur"

·1 min de lecture

"Je ne voudrais pas être celui qui veut introduire le virus dans la maison." C'est l'une des grandes différences entre confinement et renconfinement annoncée par Emmanuel Macron lors de l'annonce de ce nouveau tour de vis : la possibilité de rendre visite à ses proches en Ehpad. Mais pour ces établissements, pas question de se transformer en clusters. Des règles sanitaires strictes s'appliquent donc pour minimiser au maximum les risques de contamination au coronavirus. C'est notamment le cas dans un Ehpad situé à Saint-Saulve, près de Valenciennes. Des mesures qui sont de nature à rassurer Jean. 

>> EN DIRECT -Coronavirus : suivez l'évolution de la situation samedi 31 octobre

"C'est mieux que rien"

Pour rendre visite à son épouse très dépendante, il a dû tout d'abord prendre rendez-vous. Mais ce n'est pas tout, la rencontre est limitée dans le temps, le masque obligatoire et le gel hydroalcoolique doit être à portée de mains. Distanciation oblige, une grande table le sépare également de sa femme. "Il y a le contact visuel, mais il manque le fait de pouvoir se tenir la main", commente Jean au micro d'Europe 1. Avant de relativiser : "c'est sûr que c'est mieux que rien parce qu'on a rien eu pendant les deux mois du premier confinement." 

Maintenir le lien famille résidence est désormais une priorité autant que possible. Et c'est bon pour le moral de Paulette, 82 ans, qui continue de voir régulièrement son fils. "C'est très important, quand bien même c'est très peu de tem...


Lire la suite sur Europe1