La bourse est fermée

Efficacité énergétique des bâtiments : la pratique loin des attentes théoriques

latribune.fr

Quelles sont les technologies qui permettront de réduire les émissions de gaz à effet de serre à moindre coût ? En réponse à cette question, l'entreprise de conseil McKinsey a publié en 2007 un graphique qui représente une estimation pour 2030 du coût de la tonne de CO2 évitée en mettant à exécution diverses stratégies de réduction des émissions.

Estimation pour 2030 du coût de la tonne de CO2 évitée en mettant à exécution diverses stratégies de réduction des émissions.

La technologie qui sort gagnante dans ce classement est l'isolation des bâtiments, avec un coût négatif, c'est à dire un gain supérieur à 150 euros par tonne de CO2 évitée ! Autrement dit, c'est une solution « gagnante-gagnante » qui devrait permettre de réduire les émissions de CO2 tout en étant rentable économiquement : le coût de l'isolation serait largement compensé par les économies futures sur la facture énergétique.

 Lire aussi : 10 solutions pour se débarrasser des passoires thermiques

En cohérence avec ces calculs, dans de nombreux pays les pouvoirs publics ont mis en place des politiques pour favoriser l'isolation des bâtiments anciens. Avec tout de même un paradoxe : si isoler est si avantageux économiquement, il est dans l'intérêt des occupants (ménages, commerçants, industriels) de se lancer dans des travaux de rénovation énergétique sans subvention, à moins qu'ils soient locataires ou que leur banque refuse de leur faire un crédit, auquel cas un prêt garanti par l'Etat devrait lever le verrou financier. Compte tenu des prévisions des experts de McKinsey, la rationalité économique devrait donc suffire à pousser les propriétaires à isoler leur logement, surtout avec ces aides financières qui sont autant d'effets

(...) Lire la suite sur La Tribune.fr


Rénovation des bâtiments : le gouvernement planche sur un plan de relance
Rénovation énergétique des logements: un cours en ligne pour former les syndics
Prime à la rénovation: le gouvernement fixe l'objectif de 200.000 octrois en 2020